Il y a 130 ans dans le Jura… le décès de Charles Toubin

0
47

Semaine du 22 au 28 novembre

Le 23 novembre 1891, un rédacteur du Petit Comtois rapporta dans ce titre le décès de Charles Toubin (1820-1891). Enseignant, historien, archéologue et linguiste, Charles Toubin est né à Salins le 2 mai 1820 et fut notamment, au cours de son existence, un ami de Gustave Courbet (1819-1877) et de Charles Baudelaire (1821-1867).

« Ancien professeur d’histoire au lycée d’Alger, membre correspondant de l’Académie de Besançon, de la Société d’Emulation du Doubs, de la Société d’histoire de Neuchâtel et officier de l’instruction publique, il avait su, par son talent et par un travail opiniâtre, conquérir une juste renommée dans le monde savant de tous les pays », note l’auteur anonyme de l’article paru dans Le Petit Comtois.

Au cours de sa vie, Charles Toubin voyagea beaucoup et enseigna dans divers endroits (Bastia, Tarbes…). Il s’intéressa à divers domaines, comme l’étude des patois. Il rédigea de multiples œuvres, à l’instar d’Alésia qu’il publia en 1857, où il prit part aux débats sur l’emplacement géographique du lieu de la bataille d’Alésia (52 av. J.-C.), qu’il voyait à Alaise, une ancienne commune du Doubs. Il publia aussi, par exemple, Récits jurassiens en 1869 ou un Dictionnaire étymologique et explicatif de la langue française en 1886.

Cet homme engagé et acharné dans son travail décéda le 15 novembre 1891 à Chartres, lors d’un de ses voyages, à l’âge de soixante-et-onze ans. Attaché à Salins, il légua à sa mort la somme de deux mille francs à la ville pour que soit entretenue et aménagée une promenade qu’il affectionnait particulièrement, au pied du fort Belin. Le Petit Comtois du 23 novembre 1891 note alors qu’un « monument sera élevé au défunt sur la promenade des Coteaux. Un médaillon et une plaque de bronze incrustés dans un rocher rappelleront le travailleur infatigable auquel Salins doit une promenade si pittoresque ».

Le Petit Comtois, 23 novembre 1891, numéro 3025, pp. 2-3.