Il y a 130 ans dans le Jura… Ils pillent la collégiale de Dole

0
243

Semaine du 18 au 24 avril

Dans la nuit du 17 au 18 avril 1892, « un vol avec effraction, a été commis avec une rare audace à l’église paroissiale de notre ville », note un rédacteur anonyme de l’article publié dans Le Petit Comtois le 19 avril 1892, avant d’en expliquer le déroulement : « Les voleurs, après avoir fait sauter, au moyen d’instruments spéciaux, un panneau de quatre centimètres d’une porte d’entrée située du côté de la place du Marché, se sont dirigés vers divers troncs placés dans l’intérieur de l’église et, après les avoir fracturés, ils se sont emparés de l’argent qu’ils pouvaient contenir ».

Puis, les voleurs se dirigèrent vers la sacristie où ils brisèrent un panneau de la porte. L’auteur de l’article poursuit sur l’ampleur des dégâts : « Là, ils ont également fait sauter un tronc et bouleversé divers objets du culte, qu’ils n’ont pas emportés, probablement parce qu’ils ont pensé ne pouvoir s’en débarrasser tacitement ».

Malgré toutes ces destructions, d’après des estimations, l’argent volé constituait une somme peu significative. Dans leur marche hérétique, les brigands manquèrent un tronc contenant quatre-vingt-dix francs – une somme relativement rondelette en 1892.

« Toute la matinée, la foule s’est rendue nombreuse dans l’intérieur de l’église pour constater les méfaits accomplis par les hardis voleurs, qu’on soupçonne être les mêmes que ceux qui viennent de voler à l’église d’Auxonne », conclut l’auteur de l’article.

Comme quoi, même au XIXe siècle, lorsque les Français étaient largement chrétiens pratiquants, des vols dans des églises étaient perpétués. Malheureusement, même si les formes sont différentes, rien de nouveau sous le soleil…

 

Le Petit Comtois, 19 avril 1892, numéro 4073, page 3.