Grands mots… Grands remèdes…

Bouc émissaire

0
143
Gérard Bouvier.

Nous allons être confrontés à des choix électoraux. Soucieux de rendre service, je souhaite dans cette rubrique venir en aide aux hésitants, aux perplexes et même -sans supplément de prix- à tous ceux qui n’en ont rien à cirer mais qui pourraient bien se retrouver face à l’urne le 10 avril prochain, fête des Rameaux et de la démocratie réunis.

Ce jour-là, il faudra, une fois encore, nous trouver un sauveur ou une sauveuse.

Le choix sera difficile car ils sont nombreux à vouloir nous offrir ce service et chaque candidat sait qu’il nous tirera d’affaire trois ou quatre fois mieux que ses concurrents qui sont -preuve à l’appui- des benêts et des barjos de première. Et même, osons le dire, des beuzenots, des pétoles et des crottu(e)s.
On se demande « 
Mais de quoi, grands Dieux, prétend nous sauver ce prochain Messie ? »
Ça n’est pas une question opportune. Chacun sent bien confusément qu’il est plus ou moins foutu dans cette République si mal gônée, plus encore que ses concitoyens qui en pensent tout autant.

C’était tellement mieux avant et voilà qu’on nous demande de voter pour l’après. La situation ne peut donc que se dégrader, un élève de sixième le comprendrait.

Pour un vote judicieux le plus simple sera de trouver un bouc émissaire. À noter qu’on ne parle jamais de chèvres émissaires. De quoi faire s’interroger les féministes de tout poil. Mais, je vous l’accorde, c’est un autre sujet…
Chacun pourra trouver son bouc. Au pif selon son flair et sa gourmandise : il y a les immigrés, les chasseurs, la maréchaussée, les antivax, Big Pharma, les assistés, les chinois, les fonctionnaires, Elon Musk, les 35 heures.
Et j’en oublie, tant aujourd’hui les boucs courent les rues.