Jura. Foot : le nombre de licenciés bat des records

Plus de 10 000 Jurassiens pratiquent et le nombre de filles a explosé. A l’approche de la fin de son mandat de président, Michel Sornay communique sur le travail dans les clubs.

0
450
Le nombre de filles licenciées a explosé.

« Pour le moment, je suis aux manettes et je dois terminer la saison. Je dois préserver l’unité et communiquer sur le travail dans les clubs. » Michel Sornay, président du district de foot, a introduit par ses explications la dernière conférence de presse qu’il a organisée.

Car l’instance doit être renouvelée le 29 juin prochain par les présidents des clubs ou leurs représentants (mandat de quatre ans) et le vice-président, Didier Vincent, a annoncé qu’il montait une liste d’opposition (voir par ailleurs). La campagne n’étant pas encore officiellement lancée, le district « engagé au service de l’intérêt général de tous les clubs » communique sur son évolution.

10 224 licences ! C’est le nombre de licenciés cette saison. « Un niveau record. » Le nombre de filles a explosé : 1 472, environ 15 % des licences, plus fort taux au niveau national. Des évolutions ont permis d’endiguer la baisse chez les seniors masculins : proposition de foot à 8 ; adaptation des compétitions pour accepter continuellement ceux qui veulent jouer ; nouveautés : coupe de l’amitié, trophée des champions. D’autres ont assuré la progression chez les jeunes. Le travail en milieu scolaire par exemple. En 2023, 2 420 élèves ont découvert le football à l’école, le but étant de leur apprendre les valeurs d’un sport collectif. Parmi les innovations, graines de footballeurs, fun foot, compétitions générationnelles…

 

10 224 licences ! C’est le nombre de licenciés cette saison.

 

134 arbitres

Le Jura dénombre aujourd’hui 134 arbitres officiels dont six filles. « Les arbitres ont toujours eu mon soutien. J’ai un grand respect pour le corps arbitral, insiste Michel Sornay. Nous avons créé une caisse de péréquation » Le district a également augmenté les indemnités de match de 40 % par rapport à 2011. « Arbitre est un rôle très délicat. Je pense que c’est quelque chose qui doit encore progresser. L’arbitre doit être reconnu pour cette mission qu’il assume seul. » Les indemnités de déplacement ont elles augmenté de 150 %. Tous les arbitres ont été dotés d’une même tenue. Un poste de conseiller technique en arbitrage a été créé, mutualisé avec la Saône-et-Loire.

Un budget de 600 000 €

Cinq employés travaillent au district, le CTA est mis à disposition à 40 % et un conseiller technique en plan de formation et de performance par la ligue.

Le budget du district est de 600 000 €. « Un comité directeur valide les propositions du président. Cela a été très souvent fait à l’unanimité. » Les récompenses ont augmenté de 250 % grâce aux partenariats avec le Conseil départemental, les partenaires privés (Sport 2000, Crédit mutuel, Crédit agricole…).

Des travaux d’entretien du bâtiment dans la zone En Bercaille à Lons-le-Saunier ont été réalisés en partie par un groupe d’élus ou autofinancés.

Michel Sornay précise aussi que le district « conseille les collectivités sur leurs demandes d’aides pour réaliser des infrastructures ».

Lutte contre les incivilités

« Sur le sujet, je suis inquiet », confie le président, Michel Sornay, qui a décidé de solliciter les services de l’Etat pour être aidé. « Il y a chez les seniors des endroits où ça ne peut pas continuer comme ça : insultes, propos racistes… Il y a des endroits où les équipes ne veulent plus aller jouer, les arbitres arbitrer. »

Les incivilités existent aussi chez les jeunes « avec des parents qui mettent la pression ». Michel Sornay en est à demander l’intervention des forces de l’ordre sur certains terrains « car je ne veux pas que le foot jurassien fasse la une à cause de débordements ».

Michel Sornay est le président du district de foot du Jura.

Didier Vincent propose de travailler autrement avec les clubs

Le candidat à la présidence du district du Jura prépare le programme de ses futures actions avec les membres de sa liste. Il le présentera prochainement.

 

Didier Vincent, pouvez-vous nous résumer votre investissement dans le monde du foot ?

J’ai débuté dans le football en tant que joueur en 1979, dans un club de district. Ensuite, j’ai été dirigeant, puis président de ce club (6 ans) avant de partir dans l’arbitrage, en 1986, pour combler l’absence d’arbitre afin de remplir aux obligations. Une passion qui m’a procuré beaucoup de plaisir pendant 24 ans, dont 13 ans à la Fédération (National 2 / 4e Niveau FFF), et un réel engagement bénévole au service des autres par l’intermédiaire de l’arbitrage.

Je suis arrivé au district en 1993 comme membre de la commission d’arbitrage. Je suis actuellement vice-président du district. Président de la commission d’Arbitrage depuis 16 ans. Mon équipe de formation, et moi-même avons formé en moyenne 25 à 30 arbitres par saison. Ce management représente beaucoup d’accompagnements, de contrôles, de formation et surtout une fidélisation permanente, et ce tous les week-ends. De plus, les nominations (désignations), travail de l’ombre, comptabilisent, pour une saison, plus de 2000 matchs couverts par un arbitre officiel, d’où une certaine implication journalière, car il faut répondre aux éventuels remplacements de dernière minute.

Je suis fier de revendiquer que, par mon engagement personnel, avec les membres de la commission des arbitres, je suis à l’origine d’une évolution importante du nombre d’arbitres. Je suis et j’ai été, également, très investi dans différentes commissions (régionales et départementales), liant ainsi une polyvalence certaine. Aujourd’hui, je complète mon enthousiasme par des observations d’arbitres pour la ligue du football amateur sur des matches de 4e et 5e niveau National (N2 et N3).

Le terrain étant un élément moteur pour moi, j’ai repris le sifflet cette saison au niveau du district.

Vous êtes vice-président du district. Pourquoi avoir choisi de monter une liste d’opposition à Michel Sornay, qui se représente ?

Je ne monte pas une liste d’opposition à Michel Sornay. Je souhaite simplement proposer aux dirigeants des clubs du Jura une équipe pour travailler autrement avec leur district, avec une ouverture d’esprit qui permet d’accepter et de tenir compte de l’avis, voire de la contestation, des clubs. Le district existe parce que les clubs existent. Cette forte ouverture d’esprit permettra aux bénévoles du district de travailler avec envie, plaisir, confiance, sans être surveillés et désavoués dans leur travail de membre de commission. Cet état d’esprit permettra aussi de se comprendre, de s’apprécier et de s’encourager.
Et puis, le président sortant a annoncé, en juin 2022 à Arbois, devant tous les clubs du Jura, réunis en assemblée générale, qu’il se retirait en 2024. Et bien, nous y sommes !

Si vous êtes élu, quelles seront vos priorités ?

La priorité, c’est ce que nous venons de se dire, c’est le management et être différent de Michel Sornay. Rétablir rapidement une confiance avec tous les acteurs du district de football du Jura (licenciés, clubs, élus du district et membres de commission), par l’écoute et le dialogue. Savoir écouter, tenir compte des avis des clubs en rétablissant des relations franches et spontanées avec la ligue, l’amicale des éducateurs et avec la presse. Travailler au renforcement de ce qui fait le plaisir des pratiquants et des dirigeants du football jurassien.
En effet, c’est le district qui doit s’adapter aux besoins des clubs et non le contraire !
Le programme détaillé de nos futures actions est actuellement en cours de construction avec les membres de notre liste. Le moment venu, nous irons dans les clubs présenter notre programme et notre équipe en échangeant avec ces mêmes clubs sans monologue. Lors de ces échanges, nous recenserons ce qui ne va pas dans le fonctionnement du district. Ce dernier doit être, en permanence, au service des clubs avec une gestion partagée, une proximité, une confiance et une réactivité pour répondre à une satisfaction bien répartie, tout en responsabilisant, donc en respectant les bénévoles du comité directeur du district et de ses commissions.

De plus, je suis un tout jeune retraité, donc prêt à relever le challenge pour notre football départemental avec une équipe motivée, composée de personnes d’expérience et de la jeunesse, après plus de trente ans de présence et de bénévolat au sein du district du Jura de football.

Didier Vincent, vice-président du district.