Dole. Erick Sebastian : un créateur avant tout

"Je veux que madame tout le monde se sente madame quelqu'un."

0
1921
Erick Sebastian

Après de longues années à sublimer les têtes bisontines, le coiffeur Erick Sebastian a décidé il y a peu, de se lancer dans une nouvelle aventure en terre doloise avec l’ouverture de son salon situé au 34 rue de Besançon en cœur de ville.
Un salon singulier, car imprégné par la personnalité et les multiples talents de l’artisan coiffeur.

Le chignon : sa spécialité

Le chignon tout un art…

Maîtrisant avec un professionnalisme reconnu tous types de coiffures, Erick Sebastian excelle en particulier dans l’art du chignon et tout ce qui englobe la préparation des futurs mariées.
« L’organisation des mariages est une véritable passion pour moi, je ne me contente pas de réaliser la coupe. Pour les clientes qui le souhaitent, je peux les accompagner en magasin et choisir avec elles les tenues et les accessoires » explique le maître des lieux qui prend beaucoup de plaisir à développer une relation de confiance avec sa clientèle.
« Ici on n’a pas l’impression d’être un rendez-vous parmi tant d’autres, on a le sentiment d’être unique! » glisse une cliente de longue date.
Un accueil soigné mais sans « chichi » avec des tarifs comparables à bon nombre de salons précise Erick Sebastian, reprenant régulièrement sa maxime préférée :
« Je veux que madame tout le monde se sente madame quelqu’un. »
Un traitement personnalisé apprécié !
En effet, il n’est pas rare de voir certains habitués profiter d’un petit rafraîchissement sans rendez-vous.
« Je propose même des créneaux entre 18 et 21 heures pour ceux qui terminent tard leur journée de travail » souligne Erick.

« Mon salon reflète ce que je suis »

Si le coup de ciseau n’a aucun secret pour Erick Sebastian, il manie aussi aisément le pinceau, la peinture est une passion qu’il n’hésite pas à partager dans son salon en exposant ses dernières créations.
« La décoration et l’atmosphère du salon illustrent ce que que je suis » conclut-il.
Bref, de l’authenticité à l’état pur…

Publi Reportage