Entretien de la mare du Cro Bleu à Peseux

0
351
Hugo donne les consignes aux bénévoles.


Le « Cro Bleu » ou trou bleu, nom donné par les habitants du fait de sa couleur, est alimenté, en partie, par la nappe alluviale. En 2018, la Commune de Peseux, la Communauté d’Agglomération du Grand Dole et l’Association Dole Environnement décident de réhabiliter ce site. La mare fut nettoyée, les abords défrichés et les saules taillés en têtard. Un point de captage d’eau fut installé, avec la participation de l’exploitant, afin d’abreuver le bétail sans qu’il n’ait à s’approcher de la mare. En effet, la mare, située entre deux mondes, l’eau et la terre, est un véritable réservoir de biodiversité tant végétal (iris des marais, saules…) qu’animal (mollusques, amphibiens, coléoptères, libellules…).
Dans le même temps, dans le cadre d’un programme national de conservation des ressources génétiques forestières, l’Établissement Public Territorial du Bassin (EPTB) Saône et Doubs vint offrir 2 peupliers noirs à la commune afin de les planter sur les bords du Doubs, cours d’eau naturel. Cette opération contribuait à la sauvegarde du patrimoine naturel local à partir d’une espèce en très forte régression du fait de l’artificialisation des cours d’eau où ce peuplier noir ne peut se reproduire naturellement et à cause de la pollution génétique par le peuplier ornemental « peuplier d’Italie » qui menacent la préservation de la souche pure du peuplier noir.
Ainsi, 1 000 peupliers noirs furent plantés sur les bords de la Saône, du Doubs et de leurs affluents.

Bouturage des saules.

Suivi des aménagements de la mare

Ce samedi matin, un groupe de 9 bénévoles se retrouvait à la mare du Cro Bleu à 9H pour mener à bien le projet d’entretien de cet espace avec Hugo de l’Association Dole Environnement.
Rappelons que suite aux aménagements de 2018, le site s’est bien amélioré d’un point de vue de la biodiversité mais il est important de continuer à l’améliorer, afin que de nouvelles espèces viennent s’y installer temporairement ou de façon durable.
Il est nécessaire d’une part de bouturer des saules sur deux espaces au bord de la mare. Pour ce faire, trois grosses branches sont prélevées sur des grands saules se situant au bord de l’eau. Ensuite, celles-ci seront coupées en morceaux de 1 mètre environ, épointées et plantées après qu’on ait fait un trou suffisant à la barre à mine pour les recevoir. La majorité des branches, partant du rameau principal en sont détachées et replantées également. Le saule va très vite constituer des racines à partir du moment où il est à proximité de l’eau, élément essentiel pour sa survie. Ces nouveaux saules permettront d’accueillir des oiseaux en plus grand nombre.

Décaissement d’un talus.


En parallèle, en face, au bord de la mare, un talus est dévégétalisé et ensuite décaissé à la pioche afin d’un faire un front vertical avec une terrasse. Ce nouveau talus va permettre d’offrir aux martin-pêcheurs et aux guêpier d’Europe une berge pour construire leurs nids. Ces oiseaux ont besoin d’un endroit tel que celui-ci afin de se reproduire dans de bonnes conditions. Ceci est d’autant plus important qu’en 2021, le guêpier d’Europe n’a pas pu pondre car tous les talus pouvant l’accueillir localement ont été inondés ; ce fut une année avec zéro réussite qui l’on espère ne se reproduira pas.