Élections législatives : Benjamin Marraud des Grottes sera le candidat Les Républicains

Son investiture officielle vient juste d'être rendue publique. Rencontre avec Benjamin Marraud des Grottes, candidat des Républicains sur la première circonscription jurassienne.

0
1002
Benjamin Marraud des Grottes sera le candidat Les Républicains sur la première circonscription du Jura.

Benjamin Marraud des Grottes, malgré certaines divisions internes, vous venez de recevoir l’investiture « Les Républicains » de la première circonscription du Jura, pour les prochaines élections législatives. Comment avez-vous accueilli cette décision ?
J’ai tenu, tout d’abord, à remercier ma famille politique, Les Républicains, de la confiance qu’elle m’a accordée.
J’ai également remercié Marie-Christine Dalloz, Jean-Marie Sermier et Marie-Christine Chauvin de leur présence inébranlable à mes côtés et de leurs aides passées, présentes et à venir. J’ai accueilli cette décision avec fierté et enthousiasme. En effet, mon attachement à ce territoire est entier.
Je l’aime, j’y vie, j’y travaille comme avocat et j’ai également siégé à la ville et à ECLA. Je peux donc affirmer, sans rougir, que je connais bien cette première circonscription, ses habitants, ses souffrances, ses craintes (isolement ferroviaire, désert médical) et ses pépites industrielles et agricoles, et notamment la filière comté et l’activité vinicole.

Qu’attendez-vous de la campagne si particulière qui va prochainement s’ouvrir ?
Ma ligne de conduite sera claire.
Je veux, tout d’abord, rassembler les électeurs de la droite, du centre et au-delà (et notamment les abstentionnistes) qui veulent tourner la page insipide et douloureuse du macronisme.
Ensuite, je ne vais pas me tromper d’adversaire. C’est bien le bilan fade, sans envergure et destructeur d’Emmanuel Macron que je souhaite critiquer, et lui seul. Et il y a beaucoup à dire à ce sujet…
Ce président a fait son temps. Il a géré la crise sanitaire de manière erratique, il a humilié la France en préférant s’abaisser à une repentance mémorielle au lieu d’exhorter notre glorieuse histoire nationale, il a abaissé la dignité de fonction présidentielle, il a déclassé notre pays au septième rang des puissances mondiales et il a fait déraper la dette publique.
Mais la critique ne suffit pas. J’ai surtout la volonté de défendre le projet, sérieux ambitieux et crédible, établi par LR et porté par des gens compétents qui permettra de relever notre pays et de restaurer la fierté française si mise à mal depuis 10 ans.

Si vous veniez à être élu député dans quatre mois, quelle serait votre première proposition et vos premières actions dans l’hémicycle ?
Ma première action sera tournée vers le pouvoir d’achat, c’est-à-dire vers les familles françaises qui souffrent. A ce sujet, le bilan social d’Emmanuel Macron est désastreux. Alors que l’on nous avait vendu un nouveau monde, la pauvreté demeure à un niveau inacceptable (14,6%). Les prix du gaz, de l’électricité et de l’essence s’envolent dans des proportions intolérables plombant ainsi le pouvoir d’achat des familles. A côté, les salaires stagnent. Cette situation est parfaitement intolérable car elle est la source de souffrances, d’inquiétude et de pauvreté pour beaucoup de familles françaises. C’est vers eux que je souhaiterai me tourner en premier. Il me parait, essentiel, de supprimer la TVA de 20 % qui pèse sur ces trois consommations de première nécessité. Il me parait également important, comme le propose LR, d’augmenter le salaire net des travailleurs de 10 %. Je pense qu’il y a urgence à agir en ce sens parce que les Français souffrent.