Éditorial

Noël en novembre

0
255

Après la prime « Coup de pouce chauffage » sortie du chapeau d’on ne sait quel stratège politique il y a trois semaines, voici que vient d’arriver le « Contrat d’engagement jeune ».
Un nouveau dispositif destiné à un public de 16 à 25 ans sans emploi ni formation en cours qui, à partir de mars 2022 et pour un an, aura pour objectif « d’accompagner pour se rapprocher du marché du travail ». Avec à la clé, une allocation pouvant aller jusqu’à 500 euros mensuels.
Est-ce une conséquence du réchauffement climatique, ou peut-être de l’échauffement des esprits qui laisserait craindre une énième flambée sociale ?
Toujours est-il qu’il pleut des cadeaux un peu partout dans l’Hexagone, plus d’un mois avant la venue du père noël…
Ainsi, l’argent magique coule toujours à flots, sans pour autant ruisseler tel qu’il l’avait pourtant été promis, mais le manège (à sensations positives) continue de tourner. Et ce, « quoi qu’il en coûte ».
Mais au fait, pour aider plus efficacement ceux qui sont éloignés du travail à “découvrir un métier, se former, trouver un apprentissage ou un emploi”, alors que des centaines de milliers d’emplois restent non pourvus, peut-être conviendrait-il de mieux opérer le lien entre l’offre et la demande du marché ?
En clair réorienter les candidats vers des métiers ou des domaines en tension.
Quitte à faire parfois preuve d’un peu plus de verticalité ou de coercition…
Non ?
Mais le problème c’est qu’ils les refusent. C’est trop dur, ou ce n’est pas assez bien.
C’est vrai que travailler c’est difficile. Il faut se lever 5 jours par semaine, être à l’heure, dire bonjour, lâcher son téléphone, remplir son rôle, faire sa place, assumer son devoir. « Des trucs de vieux qui soûlent », en somme.
« L’accompagnement cessera en cas de “non-respect des engagements” ou de “refus injustifié” d’une offre d’emploi ou de formation » a toutefois précisé Jean Castex.
Faut-il encore s’entendre sur ce qui peut sembler justifié pour l’un mais ne le sera pas forcément pour l’autre. Et là aussi, il risque d’y avoir de belles surprises !
Bref, comme bien souvent à l’approche des échéances majeures, les mesurettes électoralistes sont légion. L’argent gratuit tombe du ciel. A six semaines de Noël, c’est déjà la fête. Champagne et violons.
On en oublierait presque qu’il faudra bientôt payer la facture…