Economies d’énergie : un chantier permanent

Le maire, Guy Saillard, multiplie les actions pour limiter l’incidence de l’augmentation du coût de l’énergie sur le budget 2023 de Champagnole.

0
65
Dernière initiative de Guy Saillard, enlever une ampoule sur deux.

Le dossier ne bouge pas de son bureau en mairie. « Tendre vers une non augmentation des coûts, c’est mon chantier permanent », explique le maire, Guy Saillard. Une ambition qu’il sait particulièrement compliquée à atteindre car le coût de l’électricité devrait être multiplié par trois et celui du gaz par deux.
En 2021, Champagnole a dépensé 300 000 euros d’électricité et 170 000 euros de gaz. « Si nous ne faisons rien, le budget va passer à 1,3 million d’euros », alerte l’élu. Il montre l’étude réalisée par le Sidec entre 2015 et 2020 sur tous les bâtiments et l’éclairage public. Et expose ses actions.

Une ampoule sur deux

Concernant l’éclairage public, des décisions ont été prises dès juillet. Tout est désormais éteint entre 23 h et 6 h, sauf dans certaines rues principales et certains quartiers. Une économie annuelle de 28 000 euros sur 134 000. « Nous avons investi massivement dans des LED. Il en résulte 60 % d’économie par candélabre, met encore en avant Guy Saillard. Cela reste insuffisant donc j’ai l’intention d’enlever une ampoule sur deux pour l’éclairage qui perdure. »
Les bâtiments publics les plus énergivores sont les trois salles de sport et le stade. « Les salles Léo-Lagrange et des Louataux seront équipées en LED cet automne. Le stade de foot passe complètement en LED, ce qui représente 100 000 euros d’investissement », annonce le maire.
Le système de chauffage de la bibliothèque a été complètement revu. « J’ai commandé le remplacement des portes et des fenêtres qui laissent entrer le froid. » Le Département et la communauté de communes participent au financement des travaux. Le coût de l’énergie devrait ainsi être divisé par trois.
A L’Oppidum, c’est la climatisation qui coûte le plus cher. « Il faut changer le groupe de froid. Nous inscrirons cet investissement au budget 2023. »
Dans tous les bâtiments, les trois électriciens de la ville changent les ampoules en LED. Le chauffage a été remis dans les écoles, mais pas encore dans tous les bâtiments publics. « Nous allons remplacer les vannes thermostatiques avec des vannes programmables à 19° sur le temps de travail. » La mairie sera le bâtiment test. « Il faut revoir les organisations de bureaux qui ne doivent pas être près des fenêtres », prévient le maire. Le double vitrage étant interdit dans le bâtiment, si l’agent est près d’une fenêtre, il peut vite avoir le sentiment de 2 ou 3° en moins que la température réelle de la pièce.

Certains bâtiments fermés ?

La température dans les salles de sport sera de 14°, comme l’an dernier, et avec une programmation qui ne sera pas accessible depuis le sol. « J’ai nommé un agent de maîtrise, Monsieur économie d’énergie. Je vais faire le point avec le directeur des services techniques et si cela est nécessaire, je n’hésiterai pas à fermer certains bâtiments cet hiver s’ils sont trop énergivores », prévient Guy Saillard.
Pour les salles que la municipalité loue (centre aéré et base de la Roche), à partir du 1er janvier, seules les réservations déjà prises seront assumées et il n’y aura plus de réservation possible avant le printemps.
Toutes les décisions pour économiser l’énergie seront arrêtées d’ici le 15 novembre, date de présentation du Débat d’orientation budgétaire.