Dole : l’essentiel à retenir du conseil municipal

0
89
Le conseil.
 Engagement et citoyenneté 
La présentation du rapport n°3 portait sur le souhait de la ville de mettre en avant les valeurs d’engagement et de citoyenneté en s’inscrivant dans le dispositif national SNU et par l’organisation d’une journée de la citoyenneté à l’automne prochain, avec au programme rencontre des pompiers, la gendarmerie et un lien avec le 511 régiment du train d’Auxonne. Un sujet qui a très vite donné lieu à un débat entre la majorité et son opposition, à commencer par l’écologiste Hervé Prat : « M. Le maire avait montré lors des vœux son admiration de l’uniforme et ce soir, le rapport présenté confirme ce prisme. La vision de la citoyenneté est complètement déséquilibrée ». Il ajoute  :
« Croire que l’uniforme va faire disparaître le manque de respect, les propos sexistes ou homophobes de quelques élèves est une illusion. » Des déclarations qui n’ont pas manqué de faire réagir le premier magistrat :
« Tout d’abord M. Prat, l’uniforme n’est pas le débat de ce soir, je n’ai pas une admiration pour l’uniforme, j’ai seulement rappelé qu’à Dole la porte n’était pas fermée, merci de ne pas déformer mes propos » et de préciser « Je sais M. Prat que votre famille politique n’a pas beaucoup d’affinité avec le monde militaire, moi je pense qu’il y a certaines valeurs, qui dans l’armée sont bonnes ! ».
 
Subvention aux associations 
C’est en présence du directeur de la MJC de Dole, Pierre-Olivier Laulanné, que l’accompagnement financier des associations pour l’année 2024 et la répartition des subventions ont été examinés par le conseil, avec une réaction de l’opposition par la voix de Laetitia Jarrot-Mermet.
« Certaines associations n’ont pas été augmentées depuis 10 ans ! le coût de la vie s’élève pour tout le monde » avance la conseillère municipale.  »
Alors ce que vous nous proposez c’est de faire une hausse générale ? «  lui répond le maire.
Et de souligner :
« Nous n’avons pas le souhait de faire une hausse générale mais plutôt de regarder de près les projets et besoins de chacun, vous savez, nous aussi collectivités subissons l’inflation, il ne faut pas oublier les autres partenaires financiers, l’État a lui aussi accompagné, en particulier pendant la période Covid. »
Ainsi, le total des subventions 2024 s’élève à 1 513 419 euros.
 
Mesnils-Pasteur, quel contrat de ville? 
L’État et la ville de Dole signeront d’ici le mois de juin un nouveau contrat de ville « Engagement quartier 2030″ un contrat qui sera étendu sur la période 2024 2030, avec 4 enjeux fixés. »
L’aménagement du quartier. L’intégration. L’accés à un projet et à un parcours professionnel. La Prévention et sécurité.
Jean-Baptiste Gagnoux a souligné le caractère très vert des Mesnils-Pasteur en comparaison à d’autres secteurs ANRU, « il faut préserver cela! ».
Concernant la jeunesse, l’édile a annoncé qu’un recrutement d’éducateur et animateur sera lancé prochainement.

Regroupement des écoles Bedugue et Poiset : Quel transport pour les enfants ? 

 
En lien avec la prochaine fusion des écoles Poiset et Bedugue, la carte scolaire doit être modifiée, le conseil devait se prononcer sur un ajustement de la sectorisation pour la rentrée en septembre. Si vous habitez le Poiset, votre enfant sera inclus au secteur géographique de la Bedugue. Un changement qui pose une question : celle du transport avec des trajets qui seront plus longs pour les écoliers de ce quartier.
« Il y avait un programme de concertation mis en place, quelles sont les solutions trouvées ? » interroge
Laetitia Jarrot-Mermet.
« Il s’agit en l’occurrence du programme Moby pour développer l’éco-mobilité, celui-ci dépendait de l’agglomération et non de la ville » a précisé le maire.
De son côté, Nathalie Jeannet, adjointe en charge des affaires scolaires a indiqué : « des concertations ont eu lieu, parfois des idées fantaisistes ont émergé, comme par exemple un petit train ! ».
Plus sérieusement la conseillère de la majorité a indiqué que les horaires de bus ligne 3 par exemple, correspondent mieux aux horaires scolaires et que des aménagements autour de l’école : pistes cyclables, parking et trottoirs aideront à la gestion des flux à la sortie des classes.
Avant de conclure :
« C’est vrai dans chaque école, il y a toujours une période de 15 minutes pénibles. »
   
 
E.S.