Jura. Arbois et Chamole Territoires Engagés pour la Nature

0
239
Les participants à la 1e journée régionale Être ou devenir un Territoire Engagé pour la Nature (TEN) en Bourgogne-Franche-Comté. Crédit photo ARB-BFC.

L’Office Français de la Biodiversité, la Région Bourgogne-Franche-Comté et l’Agence Régionale de la Biodiversité viennent d’organiser la première journée régionale ”Être ou devenir un Territoire Engagé pour la Nature (TEN) en Bourgogne-Franche-Comté“ à Arbois.

Le label « Territoire Engagé pour la Nature » a été remis à Valérie Depierre, maire d’Arbois, et à Denis Delbrouck maire de Chamole. Ce label est attribué aux communes qui travaillent trois thématiques : l’aménagement du territoire, la biodiversité et la mobilisation citoyenne.

En Arbois

« Concernant l’aménagement du territoire, une des actions est de mettre en place un verger conservatoire avec une forte implication des citoyens, explique Mathieu Suzanne, chargé de l’animation du dispositif Territoire Engagé pour la Nature. Côté mobilisation citoyenne, la commune a la volonté d’associer le secteur jeunes autour d’une pièce avec l’association Idéehaut de Mesnay, pour proposer un spectacle « le bal des oiseaux ». Le but de cette action étant de sensibiliser les habitants à la beauté et à la richesse de leur territoire mais aussi à la fragilité de l’environnement local. Enfin concernant la biodiversité locale, il y a une volonté de la commune d’au moins revoir la gestion forestière du territoire pour mieux prendre en compte la préservation de la biodiversité et intégrer le changement climatique. Face à l’évolution de la forêt et aux nouvelles contraintes environnementales, Arbois explore des pistes innovantes pour concilier conservation des écosystèmes et usages traditionnels, tels que la production de bois. »

Remise du label à Valérie Depierre. Crédit photo ARB-BFC.

A Chamole

Chamole, commune de 170 habitants, est très investie sur la thématique des énergies renouvelables en devenant, en 2017, un territoire pionnier dans le domaine d’une éolienne citoyenne. Désireuse de poursuivre son engagement pour la préservation de son environnement, la commune a souhaité aller au-delà des prescriptions environnementales réglementaires en matière de parcs éoliens en créant un plan de gestion dédié aux parcelles situées sous les éoliennes.

La commune a mis en place d’une part plusieurs prairies fleuries au centre du village, et d’autre part sous les éoliennes plusieurs parcelles qu’ils ont choisi de gérer de manière « intelligente », souligne Mathieu Suzanne, de façon à ce que l’impact du parc éolien soit limité. Parallèlement à ce mode de gestion, la commune a installé des ruches sous les éoliennes Elle a expérimenté un système de balance pour mesurer le poids des ruches et démontrer que le mode de gestion raisonné permet de concilier production d’énergie renouvelable et préservation de la biodiversité.

Remise du trophée à Denis Delbroucq (crédit photo ARB-BFC).

Cœur du Jura

Cœur du Jura a déjà engagé une démarche plus large avec un « Atlas de la biodiversité communale » (ABC) qui est un inventaire des enjeux de la biodiversité présente sur le territoire et qui doit déboucher ensuite sur un programme d’actions. Il y a également dans l’ABC une démarche de sensibilisation. « Il y a je pense un terreau propice sur le territoire pour qu’on ait rapidement d’autres territoires engagés pour la nature », relève Mathieu Suzanne.