Jura. Un polinois à la Grande Finale du Winamax Poker Tour 2024 !

Seul jurassien présent à l'événement, Cédric 35 ans, participera du 12 au 17 mars à la finale du Winamax Poker Tour 2024, le plus grand circuit de poker live de France. À l’issue de cette Grande Finale garantissant un million de prix, le vainqueur sera sacré Champion de France de poker et gagnera près de 150 000 euros ! Rencontre avec un stratège des cartes...

0
480
Cédric, polinois de 35 ans, tentera de devenir champion de France de poker cette semaine à Paris. (Crédit photo : Winamax).

Cédric, vous étiez plus de 323 000 joueurs au départ. Puis, 10 000 lors des qualifications. Voici que désormais, vous allez participer cette semaine à la Grande Finale du Winamax Poker Tour 2024 qui réunira les 2 000 meilleurs joueurs du pays, afin de sacrer le Champion de France de poker… Pourquoi et comment vous est venue cette passion pour ce mythique jeu de cartes ?

J’ai commencé à jouer à 18 ans entre amis, puis rapidement j’ai accroché sur le jeu, et les cartes en général.
Ça m’a intrigué dès le départ, alors je me suis inscrit à des tournois associatifs à Lons ou à Dole. Avant, j’allais jouer régulièrement en Cash Game quand on le pouvait encore à Lons.
Puis j’ai reçu une table de poker Winamax, j’ai fait quelques parties avec des amis et un jour, j’ai décidé de me lancer sur le site.
Au début, j’ai beaucoup perdu… Je ne maitrisais pas encore toutes les subtilités du jeu. Puis j’ai progressé. J’ai commencé à gagner des tournois, dont un à 9000 euros de gain à l’automne dernier. J’ai enchainé quelques tournois « série » aussi.
Voilà comment je suis arrivé à tenter ma chance pour cette grande aventure.

Comment avez-vous vécu les qualifications, confronté à des joueurs chevronnés voire à des professionnels ?

J’ai fini premier sur six sur internet pour franchir le premier barrage. Lors du premier tremplin j’ai terminé dans les 60 sur 3000 participants. Puis est venu le tournoi qualificatif avant la finale à Marseille, où je suis arrivé 26ème sur 1413.
A vrai dire, mon objectif premier c’était surtout de prendre du plaisir. Car être qualifié c’était déjà beau.
Chacun avait 30 000 jetons pour débuter. Un quart d’heure avant la fin de la première journée, il ne me restait plus que 3 blindes. C’était très mal engagé…
J’ai décidé d’y aller avec un 8 et 9 (ma main fétiche), les autres joueurs ont payé, et j’ai finalement terminé avec 14 blindes.
Le lendemain, j’ai touché paire d’as pour commencer, j’ai doublé… Et encaissé les gains.
Je me suis dit que la chance était peut-être en train de tourner en ma faveur.
Au changement de table, je retombe sur une paire d’as, je reprends un tapis.
A 16 heures, quand j’ai eu 2 millions de jetons… j’ai compris que l’essentiel était assuré.
Dans ces moments, on reste prudent tout en jouant, quand même.
J’ai sorti deux joueurs avec une paire de roi. Je suis passé à 2,5 millions de jetons.
Cette dernière étape qualificative m’a permis d’approcher quelques pros de la team pro Winamaw avec qui j’avais déjà joué sur internet, mais que je ne connaissais pas.

Sans dévoiler précisément les vôtres évidemment, avez-vous des stratégies à conseiller ?

Il faut savoir être patient, et croire en soi. Ne pas avoir peur de jouer et de prendre des risques. Attendre le bon moment. Analyser le jeu des autres. Savoir profiter de sa position.
Concernant les stratégies, j’aime bien tenter d’y aller parfois avec 6 et 7, ou 7 et 8, si les cartes sont de même couleur.

Quel est votre meilleur souvenir, la main la plus improbable ? Le renversement de jeu le plus incroyable ? Et le pire ?

A Marseille, la main qui a fait je suis allé à « faire tapis » avec une paire de 8 était pas mal. Mon adversaire a mis les trois quarts du tapis, j’ai payé…
Il avait as et valet. Par chance, il n’y pas eu d’as ni de valet au flop. J’ai donc gagné.
Le pire, c’est lorsque j’ai perdu en cash game avec une paire d’as. Je relance, lui met tapis, il avait une paire de rois. A la river (la dernière carte à tirer), c’est un roi qui tombe, avec son brelan, il me prend une jolie somme… Après çà, on a un peu de mal à dormir…

Enfin pour la suite, quels sont vos projets et ambitions ?

Je voudrais évidemment devenir joueur professionnel.
C’est pourquoi la finale à Paris sera un test grandeur nature pour moi. C’est une grande première. Je considère que c’est presque la chance d’une vie…

 

Le poker exige patience et discipline.