Jura. Comment s’adapter face au manque de neige ?

Dans les Montagnes du Jura, le manque de neige impacte incontestablement le secteur touristique local. Ce qui n'empêche pas pour autant la pratique d'autres activités de se développer : promenades, randonnées pédestres, visites de sites naturels, ainsi que la découverte du patrimoine et de la gastronomie. Un nouvel atout pour notre territoire ?

0
527
Une grande absente très attendue sur le Massif Jurassien à Noël, la neige...

Alors que les vacances de février viennent de se terminer, et avec elles, l’essentiel de la saison touristique hivernale, la dernière note de conjoncture de Bourgogne-Franche-Comté Tourisme livre bon nombre d’enseignements sur l’opinion des professionnels dans les Montagnes du Jura. Point positif, ceux-ci font majoritairement preuve d’une farouche volonté de réadaptation sinon de résilience face au cruel manque de neige dont ils ont souffert cette année. C’est du moins, ce que laisse à penser, l’opinion globale des 352 prestataires locaux interrogés.
Concernant le mois de janvier 2024, la fréquentation touristique (en terme de nuitées) enregistre, dans la zone « neige » des Montagnes du Jura, une augmentation de 4% par rapport à celle de janvier 2023. Elle double à 8% lorsque l’on élargit la zone sur l’ensemble des Montagnes du Jura, c’est à dire, en prenant en compte des lieux ne proposant pas d’activités en lien direct avec la neige.
Une donnée clairement révélatrice d’un tourisme en pleine mutation.

Provenance et profilage

Comme à son habitude, la fréquentation reste d’origine majoritairement hexagonale, en hausse de 1%.
En resserrant la focale sur la provenance régionale, on s’aperçoit que les touristes Franciliens (-13,5%) et du Grand Est (-6,1%) sont moins nombreux. A l’inverse de ceux venus d’Auvergne-Rhône-Alpes (+5,4%).
Finalement, la plus importante hausse de fréquentation concerne les locaux. Puisque Doubistes et Jurassiens ont vu leur affluence bondir de +26,4 % !
La clientèle étrangère est elle aussi en progression de près de 14,8% par rapport à l’année dernière. La fréquentation des Suisses (+17,3%), des Allemands (+17,4%) a été particulièrement remarquée. On note toutefois une régression des Belges (-4,6%), des Néerlandais (-15,9%) et surtout des Britanniques (-49,3%) !

Le ressenti des professionnels

Logiquement, parallèlement à la quantité de flocons tombés, la satisfaction des professionnels n’est pas au beau fixe, avec seulement 45% d’opinions positives globales.
Un indice de satisfaction en baisse de -18 points par rapport aux précédentes vacances d’hiver.
Pour autant, la promenade, la randonnée pédestre ainsi que les visites de sites naturels sont les activités les plus prisées par les touristes en ce début d’année. Juste devant la découverte du patrimoine et de la gastronomie.
Si une baisse de fréquentation se fait ressentir pour cet hiver, la durée des séjours reste quant à elle stable. Les touristes réservant des séjours allant généralement de 1 à 3 jours. Toujours par rapport à l’année passée, le niveau de dépenses des touristes est également équivalent.

De l’optimisme pour Mars !

La suite de l’hiver (parfois tardif dans notre Jura) dépendra donc essentiellement du retour ou non de la neige sur le massif jurassien.
En début d’année les réservations ont subi une baisse selon les professionnels de l’hébergement. Près de 64% d’entre eux expriment d’ailleurs des inquiétudes pour l’avenir.
Les prévisions des taux d’occupation pour les hébergements locatifs ont suivi la même tendance.
Pourtant, ce mois de mars 2024 annonce des taux d’occupation plus élevés que ceux relevés en mars 2023. Seules deux exceptions dérogent, pour l’heure, à ces prévisions optimistes : les stations de Métabief et des Rousses.
A suivre…

 

Ce qu’ils en pensent…

 

 

OT Porte du Jura-Saint Amour :

« Situés en bordure du massif jurassien, nous avons en ce moment une clientèle plutôt locale et de passage. Le Festival Film d’amour qui a lieu tous les ans en février sur Saint-Amour génère des flux régionaux et inter-régionaux sur notre territoire (Dijon, Dole, Bourg-en-Bresse, Lons, etc…). Les demandes concernent aussi pour une large part les fêtes et les manifestations locales, ainsi que la randonnée ».

LUCAS Locations – Lajoux :

« Le manque de neige a été cruel pour nous. Malgré cela, les habitués sont restés fidèles. De nouveaux locataires viennent parfois en dernière minute, de manière assez surprenante ».

Ch’tit Jura – Septmoncel-les-Molunes :

« L’absence de neige a fait renoncer aux vacances dans notre région pour certaines personnes qui se sont reportées sur des massifs plus élevés, afin de pouvoir y skier ».

Christian Lenoir – Saint-Pierre

« Mon offre de location meublée à 900 mètres d’altitude est relativement déconnectée du niveau d’enneigement, recevant plutôt un public familial ou des groupes qui viennent se reposer, faire la fête et visiter le Jura. Le ski, notamment alpin, n’est pas la priorité de mes touristes ».