Jura. Biens immobiliers : Alexandra Bailly partage son expertise

Elle représente la quatrième génération du cabinet Froissard (73 ans d’existence), situé en plein centre-ville de Lons-le-Saunier. Les clients font appel à la professionnelle pour vendre leur maison ou appartement. Mais comment perçoit-elle le marché actuel ? Réponses…

0
343
Alexandra Bailly représente la quatrième génération du cabinet Froissard.

 

Quels types de biens se vendent actuellement ?

Les maisons rénovées, et leurs prix s’ils sont bien estimés ne baissent pas pour le moment. Pour les appartements à Lons-le-Saunier, la situation est stable. Je constate qu’ils sont rarement au goût des gens qui cherchent à acheter. Les biens à rénover baissent, mais pas les prix indiqués. Cependant, les vendeurs ont pris conscience que la période est difficile.

 

Quelles sont les personnes qui cherchent à acquérir ?

Principalement la clientèle déjà sur la région et les mutations professionnelles, mais je travaille toujours avec des personnes qui fuient les secteurs devenus inabordables comme Annecy.

 

Quels secteurs sont plus particulièrement recherchés ?

La première couronne est toujours recherchée, mais les acquéreurs vont moins loin. Sur les cinq dernières années, j’observe une demande qui augmente beaucoup sur le premier plateau, les axes Lons-Champagnole et Lons-Orgelet.

Je suis aussi fortement sollicitée pour des appartements rénovés avec balcon, ascenseur et garage à Lons-le-Saunier.

 

Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui veut devenir propriétaire ?

J’invite vraiment à se pencher sur l’ancien à redécorer. Les personnes peuvent me solliciter pour que je les aide à se projeter dans des locaux qui ne sont pas au goût du jour. Parfois, les impressions sont négatives sur la décoration, mais la changer ne représente pas un gros investissement. La différence de prix de vente entre « dans son jus » et « au goût du jour » peut être très importante. Sur les inquiétudes concernant les performances énergétiques, je pense qu’elles sont amplifiées par le climat actuel démoralisant, et représentent actuellement un des freins principaux à l’achat, mais il ne faut pas que cela devienne une cause de renoncement.

Quel est votre credo ?

Pour moi, il est important que l’agent immobilier soit honnête et parle franchement des points forts, mais également des points sensibles des biens et de leur emplacement, afin que les clients se sentent éclairés. J’essaye de respecter leurs attentes même s’il ne faut pas fermer la porte à un coup de cœur imprévu.

 

Vous faites aussi des ventes destinées au locatif. Comment se porte l’offre ?

Il y a surtout beaucoup de personnes qui cherchent à louer des maisons, rares sur le secteur.

 

Il semble justement qu’il soit plus intéressant actuellement de louer que de mettre en vente ?

Le marché de la vente est en cours de baisse, et il peut arriver que les offres d’achat soient si basses que mettre le bien en location soit une bonne option pour les vendeurs s’il est propre et habitable. Mais on n’a pas toujours le choix.

Par contre, je constate de nombreuses maisons fermées depuis des lustres sur Lons. Elles se dégradent et feraient la joie de nouveaux venus qui s’installent. Je me propose avec plaisir pour m’occuper de ces dossiers parfois complexes qui nécessitent tact et expérience.

 

Y a-t-il toujours de la demande pour des résidences secondaires ?

Oui, le secondaire est recherché principalement sur le secteur des lacs, mais essentiellement dans le but de venir s’y installer à l’année plus tard.

 

Un mot sur les fonds de commerce ?

La période est au pessimisme dans les commerces, il faut essayer d’attendre un peu si possible car ils se vendent mal.

 

UN CHIFFRE
300 évaluations par an

Des milliers de ventes depuis la naissance de l’agence