Arinthod : des remerciements pour l’élan de solidarité lors des incendies

0
221
Une réception était organisée pour rendre hommage et remercier tous les acteurs qui se sont mobilisés lors des incendies du mois d'août.

Mardi dernier, une réunion conviviale organisée conjointement par la commune d’Arinthod, le Département et Terre d’Emeraude Communauté, avait lieu à la salle communale d’Arinthod afin de saluer l’efficacité du dispositif qui s’est mis en place lors des incendies du mois d’août.  Pompiers, gendarmes, représentants de la Sécurité civile et de la Croix-Rouge, élus, agriculteurs, représentants associatifs, ont participé en nombre à cette rencontre.
Philippe Prost, président de Terre d’Emeraude a accueilli les personnes présentes, en remerciant tous les acteurs mais en insistant sur l’engagement sans faille des agriculteurs. « Vous vous êtes mobilisés comme un seul homme, votre solidarité devenue instantanée grâce aux réseaux sociaux ».
Pour Maxime Gutzwiller, directeur du cabinet du Préfet, il est clair que sans céder au catastrophisme, mais étant donné les conditions météorologiques et le réchauffement climatique, de tels épisodes dramatiques se renouvelleront.
« Même si le Jura n’était pas prêt cette année, nous avons eu des réussites. Tout d’abord la réactivité et l’efficacité sur le terrain des nombreux acteurs. Nous n’avons eu à déplorer aucun mort ni blessé, aucune habitation incendiée ni dégâts matériels importants ».

Une situation inédite

Et le représentant de l’État a cité ensuite des chiffres caractérisant cette situation inédite : « 40 départs de feux en une semaine, près de 1 000 hectares brûlés, 3 hameaux et 2 communes évacuées, 350 pompiers jurassiens engagés, 10 jours de cellule de crise en Préfecture ».
Deux colonnes de renforts extérieurs, 152 pompiers, 43 engins en provenance de 13 départements, ainsi que des moyens aériens pour la première fois dans le Jura sont également venus renforcer le dispositif local.
« Mais il y a encore du chemin à parcourir, notamment concernant la cartographie, la surveillance, l’entretien de nos massifs forestiers, et la formation des pompiers aux feux de forêt. C’est une stratégie qui existe déjà dans les départements du Sud de la France habituellement touchés. Et que nous devons mettre en place ici dans le Jura ».

Pascale Négri