Arbois : l’éclairage public fait débat

0
247
Les arboisiens accepteront-ils l'extinction des lumières publiques.

Lors du dernier conseil municipal, le comité consultatif Environnement, Transition numérique et énergétique, Espaces verts et forêts, présentait en réponse à la demande de Valérie Depierre, maire d’Arbois, leur étude concernant l’éclairage public. Un sujet qui a fait débat pendant plus d’une heure.

Éclairer moins ?

Le comité propose d’instaurer une coupure de l’éclairage en cœur de nuit et de supprimer certains points lumineux en surnombre. Cela passerait bien évidemment par le respect de la réglementation concernant les éclairages commerciaux (vitrines, publicités, enseignes lumineuses …)

Éclairer mieux ?

Les tranches de travaux proposées par le SIDEC sont basées sur des critères de vétusté et d’efficacité énergétique, ainsi la priorité est donnée à la puissance et non au type d’éclairage. « Investir sur un matériel vétuste n’a pas de sens, il faudrait dans ce cas prévoir la rénovation complète d’un point lumineux ». Quelques matériels lumineux vétustes sont à repenser : place de la liberté, château Pécauld, place Notre Dame et chapelle de l’Ermitage. D’autre part, les illuminations de Noël sont remplacées au fur et à mesure par du matériel moins énergivore, qui sera soumis aux mêmes horaires que l’éclairage public.

Mettre en valeur de l’église Saint-Just

Les enjeux de biodiversité sont également pris en compte. Ainsi pour le clocher de l’église Saint-Just qui abrite une colonie de grands murins, l’une des plus grandes chauves-souris d’Europe, il est préconisé la suppression ou la modification de certains éclairages. Une étude a en effet montré que les chauves-souris ne sortaient pas chasser tant que le clocher restait allumé.

Propositions et mise en œuvre

Une phase test débutera en mai jusqu’en novembre, à savoir : du dimanche au jeudi l’éclairage public sera éteint de 00 h à 5 h du matin, et de 02 h à 5 h du matin le vendredi et samedi soir. Durant cette phase de test, les impressions des habitants seront recueillies et des modifications pourront être apportées. Suite aux remarques de plusieurs conseillers, il a été décidé de réaliser une phase de test identique en période hivernale.