Le dynamisme de l’association « orgue et musique » ne se dément pas

0
273

Il y a deux semaines, l’association « Orgue et musique » tenait son assemblée générale. Elle compte aujourd’hui 74 adhérents, des arboisiens et des jurassiens bien sûr, mais aussi des personnes qui viennent en vacances et assistent chaque année aux concerts.
Après les rapports d’activité et financier, le président Christian Bacheley, captivait son auditoire par des anecdotes dont il a le secret. « L’orgue est un instrument très ancien, raconte-t ‘il. On dit que c’est Pépin le Bref qui aurait rapporté le premier instrument d’Orient. Un instrument de seulement quelques kilos, destiné à animer les fêtes, faire danser. C’est pour cela que j’aime ce côté orgue qui danse, qui fait danser, même si ça peut heurter certains ! »

Un musicien qui sait rester humble

« Mon métier de musicien m’a toujours appris à être humble devant une partition. J’ai eu la chance de voyager beaucoup en Europe et dans le monde et de jouer sur de nombreux instruments. Je suis invité en tant qu’ambassadeur d’Arbois et j’en suis fier. J’ai joué à Saint-Paul à Londres et la situation m’a fait sourire. Il y avait en effet les organistes des cathédrales de Vienne, Berlin, New-York … et Christian Bacheley d’Arbois. »

Un programme riche encore cette année

En prélude au festival, un « concert aux chandelles » aura lieu le samedi 11 juin à 21 à l’église Saint-Just. William Shelton contre-ténor et sa maman Véronique Mallet, soprano, accompagnés de Christian Bacheley à l’orgue interpréteront le Stabat Mater de Pergolèse. Programme complet à consulter https://orgueetmusiques.wixsite.com/arbois

Le succès grandissant du festival d’orgue faisait dire à René Molin, conseiller départemental « Il faudra peut-être un jour agrandir l’église d’Arbois ! ». Et Clément Forêt, vice-président de la CCAPS chargé de la culture et du patrimoine, de constater « Il y a une belle émulation autour de vous et de cet instrument, et Arbois a beaucoup de chance d’avoir une telle association. Dans de nombreuses communes, les orgues se meurent. »

Reprise des visites de l’orgue

Ces visites interrompues durant toute la crise sanitaire manquaient à Christian « j’aime faire ces visites surtout lorsqu’il y a des enfants. Ils soufflent dans les tuyaux, ils jouent. Des vocations naissent ainsi. Un jeune garçon, Quentin Guérillot, alors âgé de 12 ans est venu visiter l’orgue avec sa grand-mère, se souvient Christian tout ému. Je l’ai laissé toucher l’instrument qui faisait briller ses yeux d’enfant. Et bien ce jeune homme est devenu un grand organiste aujourd’hui.