10e anniversaire de la découverte du Baume du Coudrier

0
124
L'arrivée d'une élue dans la grotte.

A l’occasion de ce 10e anniversaire, le groupe de spéléologues du Cercle Arboisien de Recherches Spéléologiques (CARS), a invité l’équipe municipale et les agents de la ville à découvrir ce magnifique trésor du sous-sol. Une première pour la plupart d’entre eux, et des visages au sourire crispé pour certain(e)s au moment de la descente, mais tous ravis d’avoir vécu cette expérience et visiter cette grotte qui fait partie des richesses du territoire. Les premières impressions de Valérie Depierre, maire d’Arbois, après son périple 12 mètres sous terre.
« C’est la première fois que je descends sous terre, et je n’étais pas trop à l’aise au départ. On se pose des questions : doit-on descendre en rappel sur 12 mètres dans ce tunnel ? Est-ce qu’on tiendra ? Mais finalement 2 m de buse et on arrive dans la grotte. La remontée est plus impressionnante. Une fois qu’on est dans la grotte, on n’a pas envie de remonter de suite, il y a tellement de choses à voir. Le fait qu’elle ne soit pas aménagée comme les grottes que l’on visite habituellement, donne l’impression d’être soi-même un explorateur, de découvrir des choses au fur à mesure. Et puis nous avions avec nous des spéléologues du CARS, très pédagogues et hyper intéressants. On a appris beaucoup avec eux au cours de cette journée notamment sur le fonctionnement et la fragilité du karst. C’est chouette d’avoir un tel joyau sur notre territoire, on a un patrimoine riche qui ne se voit pas puisque fermé au public, mais c’est la seule manière de le protéger ».
L’après-midi était consacré à la visite de la grotte du tunnel 150 m plus bas découverte en 1994, une grotte dans laquelle ont été trouvées des urnes funéraires néolithiques. « Ouverte à tout le monde, elle est un peu abimée, boueuse… On va réfléchir à une façon de la protéger un peu ».
Un beau moment, une belle expérience et des échanges très enrichissants avec les spéléologues, reconnaissent tous les participants.

Les explications de Roger Lutz, président du CARS, captivent les élus.