« Bonne Route » multiplie ses actions

Créée en octobre 2020, l’association Bonne Route compte aujourd’hui près de 300 adhérents et multiplie ses actions afin d’être entendue par les pouvoirs publics.

0
43

L’opération « escargot » menée par l’association « Bonne Route » a réuni près de 35 cyclistes  jeudi 28 avril sur le Champ de Mars d’Arbois. L’étape Arbois-Buvilly aller-retour faisait partie des actions mises en place sur la RN 83 du lundi 25 au samedi 30 avril.

« Les services de l’État ne bougent pas »

« Il a fallu un an pour obtenir un rendez-vous avec les services de l’état, explique le président François Vacheresse, et quand on les a rencontrés, on est tombés des nues. Ils n’ont aucun argument sérieux à mettre en face des nôtres, qu’ils balaient d’un revers de main. Qu’il s’agisse de la distance qu’occasionnerait le détour, du fait que certains départements (Gers, Alsace) aient pris des arrêtés interdisant les poids lourds en transit et que cela fonctionne…. »

« Nous ne demandons pas l’interdiction de tous les poids lourds »

« Tous ceux qui desservent le tissu économique doivent bien sûr continuer à travailler sur le secteur, mais les autres, ils n’ont rien à faire là. Sur le reste de l’axe, ils restent sur l’autoroute, pourquoi un autre régime pour la 83 ?

Nous ne mettons pas en cause les transporteurs français qui eux utilisent principalement l’autoroute. Nous parlons du transit international, des poids lourds venant principalement des pays de l’Est. Les chauffeurs utilisent des GPS de voitures qui leur indiquent les trajets les plus courts et les moins chers. » Près de 2 500 camions empruntent chaque jour cet axe routier.

« Il faut que ça change, ce n’est plus possible »

« Notre dossier est suffisamment étayé pour être entendu, d’autant que nous avons une solution de remplacement avec l’autoroute. Sans cet itinéraire de substitution, on ne poserait pas le problème dans les mêmes termes. 30 % des camions roulent à vide. Il faut développer le ferroutage, les Suisses l’ont fait avec pourtant un relief pas adapté. Ils ont mis 70 % de leur trafic poids lourds sur les trains. »

Des inquiétudes

« Parmi les nuisances relevées, une inquiète particulièrement : en 3 ans, 8 décès dus à un cancer dans le village de Samson sur une population de 80 habitants. Un courrier a été envoyé à l’ARS pour demander des études sur la pollution. Les services de l’Etat répondent qu’ils n’ont pas les moyens de mesurer la pollution. »

Pour rejoindre l’association : bonne.route83@gmail.com