Arbois : 2022, une année difficile pour la vigne

Entretien avec Philippe Tissot qui à son grand désarroi a dû faire tomber les raisins début août, notamment des Savagnins, pour essayer de préserver les pieds et avoir du bois de taille l’an prochain. « C’est terrible pour un vigneron de devoir couper son raisin juste avant la vendange », souligne-t-il.

0
91
Il était nécessaire de faire tomber les grains pour avoir du bois de taille l'an prochain.

Philippe Tissot, comment s’annonce la vendange ?
« Les prélèvements en date du 16 août nous indiquaient autour de 10 ° tous cépages confondus pour les crémants. La pluie annoncée pourrait débloquer un peu les raisins et faire évoluer la maturité. Normalement on peut gagner 1 degré par semaine, voire 1,7 les années compliquées.
Elle est enfin arrivée cette pluie, plus sur les côtes du Jura que sur Arbois même.  Il faut 5 à 6 jours après la pluie pour en voir les effets positifs et notamment le grossissement des raisins. Quoiqu’il en soit les vendanges ont bien commencé le lundi 22 août pour les Crémants ».

Quid de la quantité ?
« On tourne autour de 55 à 60 hl/ha mais il faudra voir au premier pressoir en fonction du jus contenu dans les raisins. On peut avoir une belle récolte et 20 à 30 % de jus en moins suite à la sécheresse ! »

Un bilan contrasté

Une réunion de pré-vendanges se tenait vendredi dernier au caveau des Jacobins à Poligny afin de présenter le bilan sanitaire de la saison 2022. Pour conclure, Gaël Delorme de la SVJ, soulignait : « Par rapport à ce que l’on imaginait il y a quelques semaines, on constate de nombreuses parcelles où tout va bien, d’autres à la limite de basculer et certaines où les pertes de récolte sont effectives ».