Arbois. « De l’or dans les mains » au collège Pasteur

0
464
Atelier taille de pierre.

Mercredi 15 mai une initiative enrichissante s’est déroulée au Collège Pasteur Arbois avec la visite de l’association « De l’Or dans les Mains ». Cette association, qui intervient dans deux collèges jurassiens (Arbois et Arinthod) cette année, a pour mission de sensibiliser les élèves aux métiers artisanaux locaux et au commerce équitable.

Au travers d’ateliers pratiques, les élèves répartis en petit groupe de 5, 6 ou 7 ont pu découvrir neuf métiers d’artisans, métiers très variés puisqu’étaient présents : fleuriste, tailleur de pierre, vitrailliste, lainerie, bijoutier fantaisie, sérigraphie, couvreur zingueur, peintre décor tissu et lunetterie. Ils en découvraient trois sur les neuf durant cette première demi-journée. Deux autres demi-journées seront organisées en 2025 pour leur permettre de découvrir les autres métiers.

Les élèves sont engagés sur une période de deux ans, avec des sessions de 3 1/2 journées, afin de découvrir en profondeur ces métiers et d’en comprendre les enjeux. Cette immersion permet non seulement de découvrir des savoir-faire traditionnels, mais aussi de sensibiliser les jeunes à l’importance de préserver ces métiers.

Cette expérience offre aux élèves une occasion unique d’explorer des vocations potentielles et de développer des compétences pratiques tout en valorisant le patrimoine artisanal de la région. Elle s’inscrit dans une démarche éducative globale visant à ouvrir les horizons professionnels des jeunes et à encourager l’épanouissement personnel.

Le Collège Pasteur Arbois se réjouit de cette collaboration avec l’association « L’Or dans les Mains » et espère que cette expérience contribuera à l’éveil des passions et des talents des élèves pour les métiers artisanaux.

Julie Gamberoni Responsable opérationnelle Bourgogne Franche-Comté De l’or dans les mains explique : « notre association œuvre à revaloriser les métiers manuels et à réintégrer la pratique manuelle au sein des collèges. Ça fait 40 ans que l’on dit que les métiers manuels sont une voie de garage, il faut rebâtir une nouvelle vision, un nouveau modèle de ces métiers. »