Un nouveau camion frigorifique pour les Restos du coeur

Avec la Banque Alimentaire du Jura, ils ont aussi bénéficié de subventions étatiques pour amortir une chute des « ramasses » en grandes surfaces.

0
47
Les élus locaux, entourés des responsables des Restos du coeur du Jura devant le nouveau camion.

Chaud devant ! Le nouveau camion frigorifique acquis par les Restos du cœur 39 charge à Champagnole produits frais et surgelés à destination des huit centres de distribution jurassiens. « Un camion qui va simplifier la vie des bénévoles » a résumé Clément Pernot, président de la Communauté de communes Champagnole-Nozeroy-Jura : selon lui, « seul le tissu associatif peut combler les trous dans la raquette de la solidarité ». Cet investissement s’est matérialisé grâce à une chaine de solidarité publique-privée associant collectivités locales et « une société horlogère lausannoise ».
Georges Leneez, président des Restos du cœur du Jura, s’est réjouit de l’arrivée de ce nouveau outil de travail à 35.850 €, car il devait auparavant avoir recours à un camion affrété par le Secours Populaire. Les Restos du cœur du Jura disposent désormais de 8 véhicules pour attaquer la campagne d’hiver dès le 23 novembre. Une campagne placée sous le signe du Covid ou de ses conséquences socio-économiques. Ceux qui trinquent sont ou seront « les personnes isolées, par exemple des jeunes avec de petits salaires, des intérimaires ou des chômeurs, mais aussi des familles nombreuses avec 3 à 6 enfants ». Même son de cloche du côté de la Banque Alimentaire du Jura, mitoyenne : selon sa présidente Maryse Johann, on peut aussi ajouter à la liste les « petits retraités, surtout seuls, qui ne peuvent pas partager leur loyer ou leurs charges ».

Les produits frais davantage bradés à -50%

Résultat : les rayons de la Banque alimentaire du Jura se sont vidés cet été à la vitesse grand V, car elle livre près de 60 organismes caritatifs à travers le Jura (épiceries sociales, Croix Rouge, Secours Catholique, Saint-Vincent de Paul, etc). « On a paniqué en juillet, on pensait n’avoir jamais assez » confie-telle. D’autant plus que les « ramasses » en moyennes et grandes surfaces ont chuté, un phénomène corroboré par Georges Leneez. Exit beaucoup de produits frais, désormais bradés à -50% juste avant leur date limite, etc. Heureusement, l’Etat providence est aussi passé par là : « Nous avons reçu 10.000 € pour acheter des produits frais » rappelle Maryse Johann, une subvention exceptionnelle attribuée également aux Restos du cœur, aux Secours catholique et populaire. Juste assez pour faire face à une forte hausse des demandes à Bletterans, Cousance, Saint-Claude, etc. Tout n’est pas noir heureusement, puisque les Restos du Cœur ont connu une « légère baisse de volume » durant la campagne d’été selon Georges Leneez. Une tendance qui reste fragile : à suivre…

Les Restos du cœur en chiffres

La campagne d’été qui s’achève a permis de délivrer 186 650 repas à 28 210 bénéficiaires, plus 5 000 colis de dépannage.

 

Grâce à ce nouvel outil, les Restos sont désormais autonomes.