Haut-Jura. Lisa Siberchicot performe aux championnats du Monde junior féminin en Estonie

Le biathlon comme une véritable passion !

0
273
Lisa au sommet d'une bosse en pleine relance.(Crédit photo : ©K_Voigt_fotographie.)

Quand on a un papa et une maman qui sont des sportifs de bon niveau, et un grand-père «le Pierrot», qui a fait partie du FC Saint-Claude rugby de la belle époque, peut-être a-t-on des gènes à être sportive de premier plan ?
Avec beaucoup de travail, c’est sûrement le cas à 21 ans pour Lisa Siberchicot, biathlonnienne de haut niveau en devenir, mais qui affiche déjà un joli palmarès à 21ans. En effet aux derniers championnats du monde junior féminin U22, disputés à Otepââ en Estonie, elle a bien performé collectivement déjà, avec une médaille de bronze par équipe, juste derrière la Norvège et l’Allemagne. Ensuite dans l’individuel elle s’est offerte une très belle 9ème place et une superbe  6ème position dans l’épreuve du sprint avec la participation gratifiante à la «cérémonie des fleurs». La Mass Start lui a moins bien réussi avec un 21ème rang.

Concilier le sport et les études….

Tout a commencé pour Lisa par l’athlétisme au club de Saint-Claude et par le ski alpin au ski Club du Lizon. Puis c’est le biathlon qui lui a plu avec le ski de fond, en intégrant le lycée Victor Bérard de Morez et sa section sport-études, et la prise d’une licence au Ski Club de Prémanon.
Si Lisa se débrouille bien sur les skis et la carabine dans le dos, elle a aussi la tête bien faite, car poursuivant en parallèle de sa carrière sportive des études en STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) option APAS (Activité physique adaptée et santé), à l’université de Grenoble.
Et ce n’est pas simple de mener ainsi deux carrières sportives et universitaires parallèles. Elle aimerait  travailler plus tard dans le milieu sportif. Pour l’instant son objectif sportif premier sera les championnats de France de biathlon à Méribel les 22 et 23 mars prochain et son second pour les études ce sera de passer sa licence APAS fin mai. Soit un programme plutôt bien rempli. Mais la jeune femme a de la ressource et la volonté de bien faire. A suivre…