« Le fonctionnement retiendra toute mon attention »

Le maire de Champagnole, Guy Saillard, revient sur son budget 2023, qu’il qualifie de « raisonnable ». La municipalité va investir dans une halle en bois permettant de couvrir le parking payant près de l’église et commencer la réfection de la « rue des jeux » par la rue Foch.

0
259
Guy Saillard se dit aussi mobilisé pour la réouverture des urgences de l'hôpital.

Le conseil municipal de Champagnole vient de voter son budget 2023. Comment le définiriez-vous ?

Le budget 2023 est un budget que je qualifie de raisonnable. Considérant l’augmentation du prix de l’électricité de 600 000 euros pour la commune, ce n’est pas le moment de se lancer dans les grands investissements. Toutefois il ne faut pas sombrer dans la morosité ambiante. Nous équilibrons le budget 23 avant l’intégration de l’excédent 22, et on limitera l’emprunt à 500 000 euros. C’est le fonctionnement qui retiendra toute mon attention tout au fil de l’année. Mais par le passé nous avons déjà subi des baisses de dotations de l’état (600 000), des frais en plus et des recettes en baisses dus au covid, on y est arrivés et on passera ce nouveau cap.

L’un des investissements sera une halle en bois permettant de couvrir le parking payant près de l’église. C’est un projet qui vous tient à cœur. Pouvez-vous le présenter à nos lecteurs ?

C’est effectivement un projet qui me tient à cœur. J’en parle depuis plusieurs années. Le marché du samedi matin attire de nombreux clients de tout le Haut Jura. Il faut conforter ce marché car il est également pourvoyeur de clients potentiels pour les commerces du centre-ville. D’autre part, cette halle sera un parking couvert en semaine et un point de repli pour nos concerts et animations d’hiver et d’été. Sa surface sera de 1 300 m². Cette halle sera en bois, je le souhaite issu de nos forêts locales. Le coût est d’environ 700 000 euros. D’autre part, nous allons commencer la réfection de la « rue des jeux » par la rue Foch.

Quel est votre état d’esprit en ce début d’année alors que la situation est particulièrement compliquée pour les collectivités ?

Mon état d’esprit est plutôt serein. Nous avons commencé à nous occuper des économies d’énergie dès le premier trimestre 22. C’est un travail de longue haleine. On sait bien que la baguette magique ne servira pas. Les Champagnolais semblent accepter les premières mesures déjà effectives. Je suis toujours parti du principe que les problèmes ne constituaient pas le principal mais qu’il fallait se focaliser sur les solutions à trouver. Un sujet sur lequel je suis mobilisé est la réouverture des urgences de l’hôpital, et j’attends une évolution venant de l’ARS (Agence régionale de santé) dès début mars.