Jura. Aéroport Dole-Jura : « la plaisanterie a assez duré »

Clément Pernot, président du département, a signé une nouvelle concession de huit ans avec le groupe Edeis. Une concession qui coûte près de 2,2 millions €/an aux jurassiens, alors que l’aéroport profite pour 87% à des passagers extérieurs... Décryptage d'un modèle économique contesté.

1547

Seulement 13% !
Tel est le pourcentage de Jurassiens passés par l’aéroport de Dole Jura (chiffres 2018). Un aéroport qui porte finalement assez mal son nom puisqu’il est fréquenté par 30% de Côte-d’Oriens, 19% de Doubistes, 9% de Saône et Loiriens, 5% de Haut-Saônois. Soit 63% pour les seuls 4 départements limitrophes, le reste provenant d’autres départements de la région…et même de Suisse (3%). Ceci alors que le département du Jura finance quasi-exclusivement les 2,5 millions €/an nécessaires à son fonctionnement.

Une situation dénoncée une fois de plus par Clément Pernot : à son corps défendant, « ce dossier est devenu un dossier politique qui sera au cœur de la prochaine campagne électorale » (régionale en 2021, NDLR) a-t-il admis lors d’une conférence de presse le 11 février. En cause, le refus prolongé et prononcé de la région Bourgogne Franche-Comté de mettre la main à la poche (en dehors d’une contribution annuelle de 240 000 €) et de prendre la gouvernance d’un « aéroport régional », comme l’a martelé à plusieurs reprises Clément Pernot.
Non sans humour, celui-ci a comparé la situation à « Roméo jouant de la guitare sous le balcon, en attendant que la belle se penche avec plus de justice ». Lassé de « cette plaisanterie qui a assez duré », il a toutefois signé le 1e janvier 2020 avec le groupe Edeis une nouvelle concession de service public d’une durée de 8 ans… qui s’achèvera donc en même temps que la concession de l’aéroport de Dijon.

 

Le parking bientôt payant mais le hall départ agrandi

Une concordance de dates qui ne relève pas du simple hasard, tant l’harmonisation des deux plateformes situées à 37 km l’une de l’autre semble relever du bon sens. Franck Goldnadel, récemment nommé directeur général d’Edeis Concessions, a toutefois rassuré sur le rôle « tout à fait complémentaire » des deux aéroports régionaux, de même que Michel Neugnot, vice-président de la région en charge des transports : « Dijon draine une clientèle d’affaires, en lien avec la viticulture ».
Envers ceux qui traitent Dole-Jura d’aéroport « low-cost » Clément Pernot a fait remarquer que les aéroports de Genève ou Lyon tirent justement leur croissance de leurs pôles « low-cost ». Et afin que la colère des uns ne réponde pas au mépris des autres, il a de nouveau appelé de ses vœux un changement de cap de la région. Marie-Guite Duffay entendra-t-elle le message ? Talonnée par des élus écologistes dont certains réclament la fermeture pure et simple d’aéroports, on peut se poser la question…

En attendant, la feuille de route d’Edeis sera de maintenir une vitesse de croisière stable (comprise entre 100 et 110.000 passagers/an). Et de « réduire de 25% les subventions publiques d’exploitation » grâce entre autres à la mise de place de 539 places de parking sécurisées…et payantes (sur la base des aéroports de taille comparable). Edeis investira aussi 873.000 € pour agrandir de 170 m2  le hall des départs (beaucoup trop petit lors des pics d’affluence), ajouter des toilettes, et centraliser le bar entre autres.

Dossier réalisé par Stéphane Hovaere

Franck Goldnadel, Clément Pernot, et Gilbert Blondeau (de d. à g.).

Vers quelles destinations ?

Trois destinations sont opérées toute l’année par la compagnie low cost Ryanair vers Porto (46 590 passagers en 2019, soit 42 % de l’activité commerciale), Marrakech (32%) et Fés (16%). Depuis l’hiver 2018/2019 une 4ème liaison, Londres, est proposée en période hivernale. Enfin, la compagnie Air Corsica assure également une liaison vers Bastia de juin à septembre. En 2019, l’aéroport de Dole-Jura a enregistré un trafic total de 111 161 passagers commerciaux, avec des taux d’occupation très satisfaisant (+ de 90 %) et un équipement moderne, adapté à un trafic plus important.