Lons : adieu bitume, vive les cours d’école végétalisées

En France, les initiatives pour végétaliser les cours d’école se multiplient, l’objectif est de lutter contre le réchauffement climatique mais aussi de ramener la nature et la vie dans ces espaces entièrement consacrés aux enfants. Un projet ambitieux a été présenté à l’école Richebourg par Jean-Yves Ravier maire de Lons le Saunier lundi dernier, lequel prévoit de « renaturer » l’ensemble des écoles de la ville à l’horizon 2028.

0
171
Geoffrey Vizi devant le plan en 3D.

Le but de ce projet est de lutter et s’adapter au changement climatique, créer un espace d’apprentissage dans le développement et le bien-être des enfants, sensibiliser enfants et adultes au respect de l’environnement et ramener la nature au centre des espaces urbains. Les travaux pour l’école Richebourg commenceront dès le 11 juillet pour se poursuivre jusqu’à fin octobre. Le gouvernement a annoncé qu’il mettrait des crédits à disposition pour les communes qui feraient ces travaux. Jean-Yves Ravier l’annonce en ces termes :
« Peu de communes de moins de 20 000 habitants se sont lancées dans ces projet et nous sommes fiers d’être précurseurs. Le but est de « renaturer » et réorganiser les cours d’école afin qu’il y en ait pour tous les goûts pour chaque élève, amener des îlots de fraicheur pour un confort de vie des enfants et des enseignants. Ce sera un budget de 3 millions d’euros qui y sera consacré pour l’ensemble des écoles primaires de la ville ».

KODAK Digital Still Camera

Proposer une diversité des espaces et de nouvelles activités

C’est à Geoffrey Vizi, conseiller municipal délégué au cadre de vie qu’est revenu le soin d’apporter les détails techniques relatifs à ce projet. Grâce à une vue en 3D, chacun a pu se rendre compte de l’ampleur des modifications à apporter à la cour avec ses différents espaces : Terrain multi sports, parcours de jeu, des zones d’apprentissage avec potager, un espace nature,  etc. Un système de récupération de l’eau de pluie permettra également d’alimenter les espaces verts sans avoir besoin de recourir au réseau. Les travaux qui se prolongeront jusqu’à fin octobre seront fait en totale sécurité et permettont peut-être de susciter des vocations au vu des différents corps de métiers engagés.

Un changement de mentalité et de perception

La cour est le premier espace investi par les enfants, c’est donc un enjeu d’apprentissage des règles en commun. Il faut que tous les enfants quelque soit, leur âge, leur sexe, et leur condition physique puissent se sentir bien dans une des trois zones ainsi créées : « zone calme, zone dynamique, zone de pédagogie ».
Cette transformation a été faite avec une large concertation, des classes de l’école Prévert par exemple ont été mis à contribution pour construire la cour idéale. Ce sera aussi l’occasion de proposer aux enseignants la possibilité de faire de l’enseignement à l’extérieur sur des thématiques comme l’eau ou la végétation avec l’aide d’associations.