Dole officialise son « Plan Seniors »

Travaux du foyer du Val d'Amour, relogement de ses résidents grâce à la rénovation des Paters, maisons seniors inclusives et logements haut de gamme étaient au programme du “Plan Seniors”, présenté vendredi dernier par la municipalité.

0
378
Des "maisons seniors inclusives" seront implantées sur les terrains jouxtant l'Avenue du Maréchal Juin.

Pas moins de 2 951 Dolois ont 75 ans et plus. Parmi ceux-ci, un sur deux vit seul, et 8,6 % sont en établissement, dont 79 % de femmes.
« C’est pourquoi nous défendons une politique forte d’accompagnement de nos seniors et entendons désormais aller plus loin en lançant le « Plan Seniors » afin de proposer des logements diversifiés pour que nos aînés ne soient pas contraints de quitter leur ville, leurs amis et leurs habitudes de vie.

Nous voulons apporter une réponse concrète aux problèmes des logements adaptés seniors sous toutes leurs formes, individuels et collectifs, et pour tous les revenus » indique le maire Jean-Baptiste Gagnoux, satisfait d’un « plan cohérent qui démontre la volonté de notre municipalité de répondre aux besoins des seniors et d’anticiper », avant de détailler les quatre types de logements qui seront proposés et les opérations stratégiques menées à bien pour y parvenir.

Des résidences à loyers modérés, intermédiaires ou haut de gamme…

En fonction des situations et/ou des revenus, plusieurs habitats seront disponibles.
D’abord, une résidence “Serenitis” à loyers modérés, afin de prendre en compte la perte de mobilité tout en facilitant le maintien “chez soi” à l’issue de la rénovation de l’actuelle résidence du Val d’Amour. (Voir encadré ci-dessous).
Suite aux travaux d’extension qui permettent de proposer 40 logements supplémentaires (99 au total), “les Paters” seront une autre alternative avec des loyers qualifiés cette fois-ci « d’intermédiaires », auxquels seront adossés quelques services tels que téléalarme, animations, ou sorties…
Mais c’est du côté de la friche industrielle SNDR (ex-Codol), à proximité de l’angle de l’Avenue Jouhaux et de l’Avenue Pompidou (rachetée par la Ville 480.000 euros), qu’une véritable révolution va s’opérer avec un projet de construction par Nexity d’une résidence haut de gamme “Domitys”. Là, dans un environnement sécurisé, et disposant de services à la carte de qualité hôtelière, 112 logements indépendants, du T1 au T3 seront disponibles à des loyers oscillant entre 850 à 1900 euros. “En fonction du niveau de service choisi”.
Évidemment, même si les négociations sont déjà bien avancées, rien ne sortira de terre avant plusieurs années, le temps que se succèdent les appels d’offres et habituels délais des procédures administratives…
Enfin, il est par ailleurs prévu sur des terrains jouxtant l’Avenue du Maréchal Juin (entre le rond-point de la Jardinerie Jurassienne, et le bar tabac du Poiset), d’implanter des “maisons senior inclusives”.
« Un petit ensemble de logements individuels et indépendants offrant des espaces partagés associés à des espaces de vie individuelle privatifs. Et ce, dans un environnement adapté » précise Jean-Baptiste Gagnoux.

Les 49 résidents du foyer du Val d’Amour devront déménager dans les mois qui viennent.

Le foyer du Val d’Amour, un sujet qui fâche…

Depuis plusieurs mois, sinon plusieurs années, maintes rumeurs couraient à son sujet.
Le maire de Dole l’a officiellement annoncé. Les 49 résidents du foyer du Val d’Amour, construit en 1972 et devenu vétuste, devront déménager avant la fin de l’année pour laisser place aux travaux de réhabilitation menés par le propriétaire Grand Dole Habitat. Des travaux conséquents, évalués à « plusieurs millions d’euros » et dont la durée est estimée à “3 ou 4 ans”.
C’est justement la rénovation du foyer des Paters et la quarantaine de logements supplémentaires qu’elle offre désormais qui fait office de solution de rechange, afin de reloger prioritairement les résidents du Val d’Amour dont la moyenne d’âge est évaluée à 86 ans.

« Des entretiens individuels seront menés au printemps, avec l’aide d’un travailleur social recruté spécifiquement, afin de pouvoir agir au cas par cas, selon les souhaits et les possibilités de chacun. Les frais de déménagement seront pris en charge par le CCAS, ainsi qu’une possible aide au loyer, les prix étant à peine plus chers. Une fois les travaux terminés, les anciens résidents seront également prioritaires pour réintégrer la nouvelle structure, possédant la vue sur le Doubs qui leur est si chère » souligne le premier magistrat dolois.