Éditorial

La stratégie du météore

0
292
edito

Vains provocateurs ou politiciens professionnels aux abois face à un bloc adverse comptabilisant désormais plus du double de leur électorat ?
Toujours est-il qu’en ouverture du Campus de la majorité présidentielle le week-end dernier en Avignon, certains Marcheurs n’ont pas hésité à d’emblée franchir la ligne rouge en sonnant la charge, avec une véhémence peu commune, contre Eric Zemmour, leur pire ennemi du moment.
A l’image du chef de file des sénateurs macronistes, notre voisin bourguignon François Patriat, qui a qualifié dans son discours l’éditorialiste polémiste de “sympathisant de Vichy”.
Probablement galvanisé par « l’effet de groupe » qu’il connaît si bien, le patron des députés Marcheurs Christophe Castaner en a remis une louche :
« L’outrance n’est que l’arme des pleutres. Quelle honte il fait au débat. Il se dit plus gaulliste que De Gaulle, il est en réalité plus lepéniste que Le Pen ».
Mais le clou du spectacle fut assurément l’intervention aussi démentielle qu’injurieuse du sulfureux dirigeant du groupe d’entrepreneuriat social SOS, Jean-Marc Borello :
« J’ai découvert ce matin un virus nouveau. A 15% du corps électoral. Et il se traduit par des désordres mentaux (rires dans la salle), un peu de machisme, un peu de racisme, un peu d’homophobie. Mais Olivier (dit-il en s’adressant au ministre de la Santé), j’ai repéré la maladie et nous allons la combattre parce que ça s’appelle l’arrivée de la peste brune ».
Provenant de la bouche du numéro 2 du parti présidentiel, cette nauséabonde désignation pleinement assumée, s’avère inquiétante en termes d’éthique démocratique quant à l’image qu’elle renvoie.
Celle d’une caste élitiste et technocrate, complètement hors-sol d’une réalité quotidienne qui la dépasse. Laquelle, comme au bon vieux temps des Gilets jaunes, s’affaire par tous les moyens (y compris les moins vertueux), à effacer, déconstruire, annihiler, tout ce qui pourrait faire état d’une pensée différente de la sienne.
Mais au fait, comment appelle-t-on cela ?
D’ailleurs, la direction de LREM ne cache pas sa volonté d’être « intraitable sur les idées de Zemmour » qu’elle juge « déclinistes ». Ainsi, plus l’échéance présidentielle se précise, plus la police de la pensée montre son vrai visage d’aliénation des masses…
Estimer que la France est sur une pente descendante, alors que tous les chiffres le prouvent depuis des décennies, sera donc bientôt prohibé ?
Illusoire démarche de fascisation de l’adversaire, de psychiatrisation de la dissidence, de musellement de la contestation, qui assurément se révélera contre-productive tant, au contraire, elle incite les individus visés et habités par ce sentiment d’incertitude voire de doutes sinon d’angoisse pour leur avenir, à renforcer leur conviction électoraliste afin de se révolter contre le flagrant mépris de classe qui leur est infligé.
Cependant, on peut légitimement se questionner, pour ceux étant désignés comme pestilentiels ou pestiférés par ces représentants du pouvoir en place.
Finalement, qui use et abuse le plus de méthodes totalitaristes ?
Les concernés apprécieront…