Dis-moi, dix mots…

Un rendez-vous au pays des mots tordus…

68
Les fidèles de la dictée sont prêts le stylo en main!

 

Les fidèles de la dictée sont prêts le stylo en main!
Les discussions vont bon train sur la correction!

 

La  librairie ZADIG de Saint-Claude, et ses deux animatrices Catherine et Armelle  bien connues des amis des livres avaient convié  pour la 4ème édition consécutive à la Médiathèque «Le Dôme» à une dictée ce jeudi soir, tous les fidèles de l’orthographe et de la grammaire. Cette animation festive se déroulait dans le cadre  de la sauvegarde de la Langue Française et de la Francophonie en collaboration avec l’opération «Dis-moi dix mots» (www.dismoidixmots.culture.fr), qui met en exergue le vocabulaire de l’ensemble du monde francophone. Le texte à transcrire cette année était  assez long et consistait en une sorte de lettre sur une visite à Saint-Claude. Composée d’une trentaine de lignes, cette sorte de missive a été concoctée par Catherine la libraire avec l’appui de Nadia Garnier professeure de Lettres à la cité scolaire du  Pré Saint-Sauveur.

Trente-six aficionados du bien écrire

Ces irréductibles de cet exercice spécial mais ludique avaient pris place dans la quiétude et la lumière de la Médiathèque «Le Dôme» redevenue le temps de cet intermède de fin de journée plus paisible. A la première lecture il ne semblait pas y avoir de difficultés insurmontables, si ce n’est cette série de noms composés à accorder ou pas ! Mais les premiers mots laissaient déjà l’auditoire pantois. Le «Peu me Chaut» en bloqua quelques-uns, le verbe chaloir n’étant pas au Panthéon des mots les plus utilisés… Parfois étaient prononcés des mots bizarres et à l’orthographe incertaine. Concentré, il fallait l’être pour déjouer les embûches des accords, des conjugaisons et des mots chaloupés, tels phylactère, Thébaïde, psittacisme, bleu barbeau, labyrinthiques, logogrammes, gribouillis…

Après plus de trente minutes de relecture, et de corrections…

Chacun a pu soumettre son texte à l’original. Ceci fait, les résultats sont très larges, allant de 7 fautes pour Pascal, à plus d’une trentaine pour une grande partie des gens, et les moins en verve, l’exigence restant chevillée au corps pour tous.
Une fois les feuilles et stylos rangés, le temps des discussions, des regrets, des explications arriva devant un petit encas bien sympathique pris au coin café de la Médiathèque, qu’il faut remercier chaleureusement, ainsi que la librairie Zadig pour leur implication totale dans cette dictée publique et ludique.
Vivement l’année prochaine avec encore plus de participants, de mots-surprises, de chausse-trappes et de pièges à déjouer…