Vouglans : la bataille fait rage chez les pêcheurs

Installation de pêcheurs professionnels et protection du milieu sont au cœur d’une polémique entourant le classement du lac en 1e ou en 2e catégorie. Un classement qui change tout selon certains pêcheurs à la ligne.

602
Le loisir pêche draine de nombreuses retombées économiques dans le Jura.

A un mois de l’ouverture à la pêche aux carnassiers sur le lac de Vouglans, jamais les débats n’ont été aussi passionnés quant au devenir des poissons qui en font tout l’attrait : brochets et sandres en particulier. Mais cette ressource abondante risquerait d’être pillée selon l’AAPPMA « La Gaule Moirantine » qui gère les ¾ du lac (et qui représente pas moins de 900 pêcheurs). Depuis toujours, le lac de Vouglans –classé en 1e catégorie- fait figure « d’ovni » tant il bénéficie de dérogations préfectorales. Une réglementation protectrice qui pourrait selon « La Gaule Moirantine » disparaitre si le lac passait en 2e catégorie, en raison d’une évolution de la réglementation relative à la biodiversité. Une évolution soutenue par l’AAPPMA « Les pêcheurs clairvaliens », mais aussi la fédération de pêche du Jura au motif que : « Le sandre ne pourrait plus bénéficier de mesures de protection en 1e catégorie : plus de période de fermeture, plus de taille légale de capture et pas d’application du quota journalier ». Depuis, les deux camps s’opposent sur les conséquences d’un maintien ou non en lac de 1e catégorie.

Une pêche sur des géniteurs vulnérables ?

Pour Arnaud Fourrier, président de « La Gaule Moirantine », la 2e catégorie serait d’abord la porte ouverte à l’arrivée (tôt ou tard) de pêcheurs professionnels (au filet), qui auraient tôt fait de décimer une ressource halieutique jalousement protégée et préservée. « 2000 h de bénévolat ont été consacrées à la défense de cette retenue ces quatre dernières années, avec la création de réserves, de frayères artificielles, etc. » explique le président très remonté. Il redoute aussi 2 mois de plus d’ouverture de la pêche, dont 1 mois (en avril) « alors que les carnassiers sont particulièrement vulnérables » (regroupés sur des frayères). Enfin, il faudrait selon lui déplorer « une ouverture de la pêche du sandre toute l’année sous certaines conditions ». C’est justement pour mieux protéger le sandre que la fédération de pêche du Jura a opté pour un classement en 2e catégorie, mais aussi pour permettre « de rempoissonner notamment en brochet » (chose interdite en 1e catégorie) et « d’ouvrir des secteurs à la pêche de la carpe de nuit (une très forte demande depuis de nombreuses années) ». Afin d’y voir plus clair, une consultation publique d’un mois sera prochainement lancée par la Direction Départementale des Territoires (DDT) auprès de tous les pêcheurs, afin d’y faire part de leurs doléances. Chacun est donc invité à faire part de son avis, l’idée étant de dégager une tendance permettant ensuite à l’administration de statuer à bon escient. A l’heure où les rivières à truites boivent la tasse (en raison du dérèglement climatique), le lac de Vouglans reste un formidable espace de rêve pour des milliers de passionnés et un atout choc pour le Jura.
Reste à savoir comment le protéger au mieux…