Vol en immersion pour les enfants en situation de handicap à Montciel

Le Service d’Education Spécialisée et de Soins à Domicile (SESSAD) a organisé dernièrement une journée à destination des enfants en situation de handicap pour leur permettre de vivre un vol en immersion dans les conditions du réel grâce à un drone et des casques de réalité virtuelle. Les enfants ont pu ressentir les sensations du vol sans bouger.

102
Un groupe d'enfants.

Il n’y avait qu’à voir les mines réjouies et entendre les exclamations enthousiastes pour ressentir l’émotion qui se dégageait des enfants coiffés de leur casque de réalité virtuelle et qui pouvaient ressentir la sensation du vol sans bouger.
«Et dire que je suis dans mon fauteuil » était la phrase la plus souvent entendue. Corentin, animateur à montciel était chargé d’encadré cette joyeuse troupe.
C’est la première fois que ce genre d’initiative était prise, avec en plus la possibilité de partager ce moment avec d’autres enfants du centre de loisir de Montciel. 20 enfants étaient concernés dont 12 en situation de handicap.
Comme l’explique Catherine Carravillot, directrice  SESSAD-SEM 39 : “Nos missions sont les suivis médicaux et tous les accompagnements qui facilitent la sociabilisation, dont cette journée en fait partie. L’idée est de partager des  moments et que les barrières du handicap tombent. Chacun a à apprendre de chacun. L’année prochaine, on a l’idée de travailler tous les mercredis avec des centres de loisir. C’est un gros projet d’inclusion.”

Un projet d’initiation au pilotage de drones

C’est la société EF Prodrone dont le siège est basé en Haute-saône qui pilotait au propre comme au figuré cette journée. Cette toute nouvelle société qui a moins de quatre mois a comme objectif de faire une activité de loisir avec des drones professionnels en direction si possible d’un public en situation de handicap. Eric Fernandes, fondateur de EF Prodrone a également le projet de créer une activité de pilotage de drones. Pour cela, il va s’équiper d’une grande tente totalement fermée par des filets, les drones évoluant à l’intérieur des filets et les pilotes à l’extérieur, en toute sécurité.
Rendez-vous est déjà pris pour l’année prochaine afin de renouveler ce genre d’expérience dans des conditions encore plus réalistes puisque les enfant auront la possibilité d’être maître de leur engin

Corentin, Catherine Carravillot et Eric Fernandes