Une visite ludique et familiale

Lisiane guide de Dole Tourisme et Guy conteur de l’Association Guigitom ont mené la visite « Contes et légendes » avec entrain.

67
Lisiane guide de Dole Tourisme et Guy conteur de l’Association Guigitom.

Place Grévy, le secteur moderne de la ville donne accès à la rue de Besançon où étaient les fortifications, avec la Porte de Besançon, jusqu’à leur démantèlement à la fin du 17ème siècle.
Un passage près de la Rue de la Bière permet de rappeler qu’il y avait, autrefois, beaucoup de brasseurs dans cette rue d’où son nom ; aujourd’hui deux brasseurs sont installés à Dole mais dans d’autres quartiers.
L’occasion d’une pause pour conter l’histoire de Joseph Arney, un dolois, dont on parle peu mais qui fut l’un des premiers soldats à entrer dans la Bastille en 1789.
Suivons le chemin vers La fresque où Lisiane présente les personnages historiques qui sont sur celle-ci. Six siècles d’histoire de Dole sont représentés ici.
Le plus contemporain est Jacques Duhamel qui fut ministre de l’agriculture et de la culture mais aussi maire de Dole et qui apporta la modernité à la ville tout en conservant les espaces historiques. On y trouve aussi Alix de Méranie, comtesse de Bourgogne qui mit en place la charte de franchise et à ses côtés des religieuses dont celles qui soignaient les malades à l’Hôtel Dieu. Charles Quint qui dirigeait l’Empire Germanique, dont faisait alors partie Dole, fit reconstruire les fortifications de la ville au 16ème siècle.
Béatrice de Bourgogne, Comtesse de Bourgogne et son mari l’Empereur Frédéric Barberousse sont aussi là. D’autres sont également connus à Dole comme Marcel Aymé, Louis Pasteur, Jean Boyvin qui tiennent tous leur place sur ce mur historique. A cette station, Guy conte l’histoire de Delphine et Marinette de marcel Aymé.

Le conteur Guy capte son public.

Des fleuristes à Louis pasteur

La Place aux fleurs, ancien marché aux fleurs, faisant partie de la rue des Arènes, est l’ancienne voie romaine qui partait de Besançon pour Chalon sur Sâone. En-dessous se tient la rue des vielles boucheries où on trouvait les bouchers (de l’abattage à la vente directe).
Direction la collégiale où il est possible de visiter le clocher trois fois par semaine, à condition de monter les 259 marches. Jusqu’au début du XXème siècle, le dernier guetteur-crieur-sonneur, Eugène Goby, vivait au clocher dans son appartement avec sa femme. Il succéda à Pierre Hugues.
Le passage par la Grande Fontaine permet de rappeler qu’il s’agit d’une source naturelle qui fut essentielle à la survie des Dolois, surtout au Moyen Age. L’accès au Canal des Tanneurs permet de montrer et conter l’histoire des moulins à farine et à tan. Sur le bord de ce canal se tenaient des tanneries qui avaient besoin de ce tan, tiré de l’écorce des chênes, pour tanner les peaux et les rendre imputrescibles. Guy rappelle que pour découvrir tous ces quartiers, il aussi possible de lire « Le Moulin de la Sourdine » de Marcel Aymé.
La balade se finit par Louis Pasteur et sa maison-musée avec un rappel sur sa découverte de la fermentation du vin en 1863 à Arbois. Là aussi, il est préconisé au public de lire « Les mémoires de Madame Pasteur » afin de connaitre encore mieux ce personnage hygiéniste avant l’heure…