Val d’Amour : Juraplacages, impôt, boulodrome, station d’épuration…

Lors du dernier conseil communautaire du Val d’Amour, les élus ont planché sur plusieurs sujets majeurs. Des émois suite à la fermeture de Juraplacages à la vente du boulodrome de Bans, le Val d’Amour se mue.

199
Bientôt, le portail de Juraplacages sera fermé.

Une usine entre quatre planches

Au début du mois de juillet, l’annonce de la fermeture du site Juraplacages à Souvans a surpris de nombreuses personnes. Parmi les élus, les réactions ne se sont pas fait attendre. Proposant une manifestation de soutien aux 98 salariés, Alain Bigueur, vice-président en charge de la culture et de la vie associative du Val d’Amour s’est insurgé : « je trouve scandaleuse la méthode ». Lundi 8 juillet, armés de leur écharpe tricolore, les élus se sont alors massés devant l’usine.
« Ils n’ont jamais fait part du moindre problème. On accepte mal qu’une entreprise de cette taille ferme. On n’a pas la moindre information » souligne le président de la Communauté de communes Michel Rochet. Jean-Charles Koehren, maire de Souvans, concède que l’usine « n’allait pas fort ». Néanmoins, il y a quelque temps, un conséquent investissement de plusieurs millions d’euros avait été réalisé.
Même si le placage ne fait plus aujourd’hui consensus, Juraplacages restait une institution au sein du Val d’Amour, entreprise qui rapportait 130 000 annuellement de taxe professionnelle à la Communauté de communes. Un réel manque à gagner… Prochainement en vente, que faire de cet ancien lieu générateur d’emplois ?

Impôt en stagnation

Suite à deux augmentations d’impôt en 2015 et en 2017, Philippe Brochet, vice-président en charge des finances et du budget assure qu’il n’y aura pas, à cette échelle, d’augmentation « d’impôt ni en 2019, ni en 2020 ». Une bonne nouvelle pour les habitants de la Communauté de communes.

Lors du dernier conseil communautaire du Val d’Amour, les élus ont planché sur plusieurs sujets majeurs.

900 000 pour jouer avec ses boules…

Vendu 900 000 aux boulistes, le boulodrome de Bans n’appartient plus à la Communauté de communes depuis le samedi 29 juin. La Fédération de Pétanque et de Jeu Provincial en est aujourd’hui l’heureux propriétaire. L’ouvrage qui avait coûté plus de 2 millions d’euros il y a environ une décennie – dont plus d’un million de subventions – débute un nouveau chapitre de son histoire.

Une nouvelle station d’épuration

En 2018 et 2019, le conseil communautaire avait « validé la réalisation d’une étude de faisabilité pour la construction d’une nouvelle station d’épuration à Montbarrey et l’analyse de l’intérêt de raccorder les effluents des communes de La Vieille Loye et Ounans » peut-on lire dans le rapport n°17 du conseil communautaire rapporté par Jean-Charles Koehren.

Après avoir étudié les possibilités d’aménagement, le conseil d’exploitation « propose de retenir le scénario prévoyant la construction d’une station d’épuration à boues activées de 2 700 Eqh, à Montbarrey, traitant également les effluents des villages de La Vieille Loye et Ounans » apprend-on ensuite.

Aucune des trois stations actuelles ne pouvant être reconstruites sur leur emplacement actuel, cette nouvelle station qui permettra de « regrouper les villages pour avoir qu’une seule station », selon les dires du président de la Communauté de communes Michel Rochet, sera probablement implantée sur une propriété communale de la rive gauche de la Loue à Montbarrey.

Des aides devraient bientôt être demandées. Les travaux pourraient débuter à la fin de l’année 2020.

Une station en quelques chiffres estimatifs

Montant total estimatif du projet : 3 934 000 HT.

Répartition du coût total :

Station d’épuration : 2 680 000 €.

Réseaux de transport : 824 000 €.

Stockage : 430 000 €.