Vadans : « la commune se repeuple et sa population rajeunit »

198
Henri Dorbon et son conseil municipal.

La traditionnelle cérémonie des vœux se déroulait dimanche 13 janvier à la salle des Fées. Comme chaque année, les Vadantiers ont répondu nombreux à l’invitation de leur maire, Henri Dorbon dont ils apprécient le dynamisme, l’écoute et la disponibilité. Son début d’allocution abordait un sujet qui occupe largement les esprits : le grand débat national. « Nous ne connaissons pas encore le rôle que jouera le maire ni même s’il en jouera un, soulignait-il. En tout état de cause, j’émets quelques réserves quant aux thèmes abordés qui seraient fixés par le pouvoir central. Les locaux nécessaires seront mis à disposition par la commune dès lors qu’un certain nombre de personnes en feront la demande et que l’organisation de ces réunions soit réglée en amont. »

Toujours de nouveaux arrivants dans le village

Tous les terrains constructibles disponibles dans le nouveau quartier des Perchées ont trouvé preneurs. L’opération de redynamisation du village, décidée il y a une dizaine d’années, est un véritable succès. Très prochainement les habitants pourront profiter du parc Jeanguillaume dont les travaux d’aménagement débuteront dès que le temps le permettra.

Le combat contre la CCAPS

Le maire et son conseil municipal ont décidé de suspendre la participation de la commune à la construction du nouveau centre de secours d’Arbois. En cause : le blocage par la CCAPS des projets d’urbanisme de la commune de Vadans générant une perte d’environ 300 000 € de retour sur investissement.
« L’idée n’est pas de refuser de financer les équipements de premiers secours, il s’agit d’une suspension, précise Henri Dorbon. Une communauté de communes est censée exercer une compétence au services des communes membres, et non pas ordonner aux communes. Ce blocage arbitraire, injuste et illégal fait l’objet de plusieurs requêtes et recours devant les juridictions compétentes et ne reflète pas la pensée du conseil communautaire. Une délibération falsifiée est aujourd’hui appliquée en toute illégalité. Dans l’attente d’une évolution favorable, notre position ne sera pas reconsidérée. »
La cérémonie se terminait autour d’un buffet bien garni où tous les participants pouvaient échanger en toute convivialité.

Un buffet où se côtoient jeunes et anciens.