Jura. Lons-le-Saunier. Une santé de qualité pour tous : rêve ou réalité ?

Bourse d’installation, renforcement de l’hôpital, mutuelle communale ont été évoquées dans le cadre du débat municipal. Un débat brûlant à l'heure où le coronavirus met tout le système à l'épreuve.

217
Comment maintenir notre système de santé en forme ? Les intervenants en ont débattu avec 200 personnes.

La liste « Changer de cap » (menée par Jean-Yves Ravier) a initié un débat sur “La santé sur le territoire : hôpital, médecine de ville, accès aux soins » fin février à Lons. Un thème sur lequel il y a  beaucoup à dire, car selon ce dernier : “11% de la population n’a plus  accès à un médecin généraliste” par exemple, situation fréquente quand un praticien part en retraite. Une constat qui ne devrait pas s’arranger durant les 5 à 10 ans à venir, tant que la suppression du ‘numerus clausus’ n’aura pas encore produit ses effets. Dans cet  intervalle, 20% des  médecins généralistes lédoniens pourraient partir en retraite, d’où un sérieux problème à anticiper.
D’autant plus qu’il faut souvent deux nouveaux praticiens pour remplacer un ancien, du fait des temps partiels liés à une féminisation des professions médicales, ainsi qu’à d’autres aspirations qui naguère n’existaient pas (la qualité de vie d’abord…).

Une  “mutuelle communale”

Près de 200 personnes en ont débattu avec Yves Duffait, ex-chef de service des urgences de Lons (exerçant désormais à Oyonnax); Matthieu Perrod, médecin généraliste; Perrine Dellon, médecin hospitalier; François Mougel, médecin endocrinologue; Valentine Colin, infirmière; et Francis Balay, président d’Alternative Mutualiste. Au terme de ce débat, la mise en place d’une bourse d’étude pour les professionnels (médecins, aides-soignantes…) s’engageant à rester sur le territoire semble incontournable… même si les régions les  plus déshéritées se livrent à une concurrence féroce.
Mais cette attractivité passe nécessairement par un hôpital fort, et ses spécialistes sur lesquels les généralistes puissent s’appuyer. L’engorgement des urgences, lié à un manque de lits d’aval, a été de nouveau souligné par les professionnels de santé, les meilleurs moyens matériels et humains étant concentrés sur les CHU.
La liste “Changer de cap” a également proposé une nouvelle fois une  “mutuelle communale” permettant à tous une couverture maladie au moindre coût.