Une nouvelle vie pour le « Grand chalet » à Foncine ?

La communauté de communes cherche des solutions pour éviter sa disparition, après un glorieux passé. Le dernier conseil communautaire a également évoqué les hébergements touristiques 3*

67
Le "vaisseau amiral" du tourisme à Foncine compte pas moins de 160 lits.

Le devenir du Grand chalet, vaisseau amiral du tourisme sur le secteur de Foncine et bien au-delà -160 lits- a été discuté lors du dernier conseil communautaire. Depuis mars 2019, Gilles et Nancy Rathier ont cessé leur activité après avoir cherché –depuis 5 à 6 ans- en vain un repreneur, pour un budget estimé à 1,5 million € (pour les seuls murs). Le Grand chalet a pourtant connu son heure de gloire, une riche histoire à laquelle Clément Pernot a fait allusion. Pourvu d’un spa (une originalité pour les années 90), Gilbert Blondeau, conseiller communautaire de Foncine a aussi rappelé que d’illustres personnalités ont fréquenté ces lieux : Platini, Tigana, Gérard Houillier pour ne parler que du monde du football. « Gilles et Nancy Rathier disposent également de nombreux contacts et accueillent des autocaristes, des séminaires, des groupes de seniors, etc. » a précisé Gilbert Blondeau, maire également de Foncine. Bref, il y a du potentiel, grevé toutefois par une nécessaire rénovation. De l’aveu même de Gilles Rathier, les attentes des touristes ont changé en l’espace de 20 ans : « Nos équipements sont trop petits pour répondre aux attentes actuelles ». Un spa plus grand, des chambres plus spacieuses –Gilbert Blondeau évoquant l’hypothèse d’en prendre trois pour en refaire deux-, des animations pour les enfants et les adultes seraient des pistes sans doute bienvenues pour relancer ce bel équipement dans un dynamique contemporaine.

Un projet à 4 millions €

Gilles Rathier pense également que le temps du tourisme « social » (colonie de vacances, centre de vacances, etc.) est révolu, et qu’il faudrait désormais miser sur de nouvelles tendances comme la balnéothérapie ou plus généralement le bien-être. Face à l’investissement à consentir (environ 4 millions € une fois rénové), « la communauté de communes ne peut s’engager seule » a expliqué Clément Pernot, d’où la nécessité de « trouver des partenaires privés » dans les mois à venir. Selon lui, ce projet majeur pour le développement touristique du secteur fait écho au chalet de la Haute-Joux à Cerniébaud. Propriété de la CNJ, il fait le bonheur de nombreux vacanciers adeptes d’animations et d’un confort premium, mais le président Pernot a confié qu’il mériterait lui aussi des investissements. « Tout justifie que le Grand chalet vive, je serais très déçu si lui ou le Chalet de la Haute-Joux ne pouvait pas se développer ». Fort d’une précédente déconvenue, Gilbert Blondeau a pour sa part exhorté les conseillers à « ne pas s’engager dans une société d’économie mixte (SEM) ». Affaire à suivre…

Les hébergements de qualité subventionnés

Les hébergements visant 3 étoiles (à l’exception des centre de vacances) pourront bénéficier d’aides pour monter en gamme : ainsi en a décidé la région Bourgogne Franche-Comté a rappelé Clément Pernot. Afin de déclencher par effet levier ces subventions, le conseil communautaire a adopté le versement d’une aide forfaitaire de 500 € par projet. Les gites ne seront pas concernés par ce dispositif.