Un projet pour redonner vie aux Cordeliers

La cession de l’ancien couvent, rue des Arènes, à la société France investissement a été votée par les conseillers départementaux. Le projet préserve l’accès des Jurassiens à ce patrimoine classé.

0
184
L’ancien couvent des Cordeliers, situé rue des Arènes.

C’est finalement à la société France investissement, domiciliée à Dole, que le Conseil départemental a promis de vendre l’ancien couvent des Cordeliers, situé rue des Arènes. La collectivité a validé la cession à hauteur de 750 000 euros.
Le projet consiste en la réalisation de logements au premier étage et d’espaces tertiaires ou commerciaux au rez-de-chaussée. L’acquéreur s’engage à maintenir une partie de cet immeuble ouverte au public pour ce qui concerne les espaces remarquables ou historiques (cloître, puits, cellules). Après l’aménagement, la commune deviendra propriétaire des espaces anciennement voués aux salles d’audience.

Un bâtiment vide depuis 2015

Le bâtiment était vide depuis 2015 et les solutions présentées jusqu’à présent dérangeantes car elles accaparaient tout le bâtiment.

La majorité des élus se réjouit de cette issue. Le bâtiment était vide depuis 2015 et les solutions présentées jusqu’à présent dérangeantes car elles accaparaient tout le bâtiment. « Je salue la solution trouvée qui préserve l’accès des Jurassiens à ce patrimoine remarquable, pour ne pas dire unique », est intervenue Danielle Brulebois, pour le groupe de la majorité présidentielle.
« Le Département vend un bâtiment classé pour une somme modique en-dessous de l’estimation des Domaines, ont regretté de leur côté les élus de l’opposition, Philippe Genestier et Françoise Barthoulot. Le promoteur immobilier fait sans doute une bonne affaire ».
Les conseillers départementaux de Dole 2 auraient aimé qu’il reste dans le giron public et soit vendu à la municipalité de Dole.
« Le patrimoine que nous avons doit être un patrimoine vivant. Ce projet va redonner vie aux Cordeliers », a répondu Jean-Baptiste Gagnoux, conseiller départemental et maire de Dole, rappelant que ce partenariat public/privé répond aux intérêts de tous.