Un nouvel EHPAD de 83 places à Champagnole

Situé à côté de l’école Hubert Reeves, il proposera également 21 places en unité protégée, et 10 places pour les personnes handicapées.

406
Clément Pernot, heureux de réparer une "double injustice".

« Réparer une double injustice » : pour Clément Pernot, président du Conseil départemental (et de la communauté de communes Champagnole Nozeroy Jura), la création d’un nouvel EHPAD de 83 places permettra de mettre un terme à deux situations qui perdurent depuis des années :
« Avec 3.000 places d’EHPAD, le Jura se situe en dessous de la moyenne régionale, et le secteur de Champagnole (premier plateau) se situe en dessous de cette moyenne départementale ».
« En janvier dernier, il n’y avait plus une seule place dans les EHPAD du Jura, et cette situation on risque de la revivre dans les mois à venir » a-t-il complété. Sachant que dans 30 ans, un quart de la population française fera partie des seniors, il y a peu de chances que les statistiques lui donnent tort… Dans les tuyaux depuis  des années, le projet a heureusement enfin pris son envol avec le choix de l’organisme gestionnaire : l’association ADEF Résidences, basée à Ivry sur Seine (lire encadré).
Son directeur, Lionel Demay a précisé : « L’établissement, sur 2 étages, comprendra 52 places d’hébergement classique, 21 places en unité protégée (dédiés en général aux seniors atteints de maladies neuro-dégénératives NDLR), et 10 places pour les personnes en situation de handicap vieillissantes ».
L’établissement sera –pour partie- conventionné, avec un coût pour les résidents de 72 €/ jour, un coût à relativiser selon Clément Pernot, puisqu’il inclut l’hébergement, les repas, les soins (toilettes), le personnel, etc.

Une livraison en 2022

Selon Lionel Demay, tout l’intérêt du projet résidera dans son côté évolutif, avec la possibilité « d’ajouter des places en accueil de jour », ou de créer un accueil de seniors hors les murs. En cela ADEF Résidences peut compter sur son expérience (lire encadré) et un budget d’environ 6 millions € dédié à ce projet qui sera obligé d’être quelque peu corona-compatible. Même si les plans ont été validés il y a un an, ADEF Résidences prend en compte tout l’intérêt de « petites structures » et d’espaces plus facilement confinables, à l’inverse de ce qui se pratique jusqu’à présent (grands couloirs, grands espaces communs…). Les premiers coups de pioche sont attendus pour 2021, pour une livraison espérée fin 2022. Une cinquantaine d’emplois (en équivalent temps plein) seront à pourvoir.

Lionel Demay, directeur d’ADEF Résidences, pilotera le projet champagnolais.

Une association déjà implantée dans le Jura

ADEF Résidences  gère 57 établissements médicaux-sociaux en France, dont 37 EHPAD. Dans le Jura, on la connait déjà à Morez, où elle administre depuis 2012 la Maison d’accueil spécialisée (MAS), et depuis 2019 le Foyer d’Accueil Médicalisé (FAM) du Bois joli. L’association implantée en région parisienne gère 3.864 résidents et compte 3.500 collaborateurs grâce à ses filiales (restauration, formation, centres de vacances adaptés, etc.).

Repères

3000 lits d’EHPAD dans le Jura, soit 105 places pour 1.000 habitants; contre 105 en Bourgogne Franche-Comté et 100 au plan national. L’allocation personnalisée à l’autonomie (APA) représente 23 millions € par an à la charge du Conseil départemental du Jura, qui consacre au total 32 millions € par an à la politique dédiée aux personnes âgées.