Un Noël de tolérance dans l’enseignement privé lédonien

146
La distribution de cadeaux à l'école Jeanne d'Arc n'a pas fait oublier que des gestes de solidarité font tout autant plaisir.

À l’école Jeanne d’Arc, de La Salle, tout comme aux collège et lycées Sainte-Marie, on vient de fêter dignement Noël. Goûters dans les 3 établissements, crèches joliment décorées, et même messes pour les élèves volontaires (petits à l’église des Cordeliers, et grands à l’église Saint-Désiré). Précédée, pour les primaires, par un joli conte de Noël mettant en exergue la fraternité et la solidarité, explique Élisabeth Bassez, directrice des écoles Jeanne d’Arc et de La Salle. Autres temps forts de la Nativité : « un après-midi sans cartable où chacun prépare des décorations à ramener à la maison, et également la confection de guirlandes d’étoiles. » Des guirlandes où chaque étoile représente un acte de paix, de fraternité à la dimension des petits écoliers, comme « expliquer un exercice à des copains qui ne l’ont pas compris, se réconcilier sur le banc de l’amitié après une dispute, etc. Des gestes simples qui peuvent donner autant de plaisir que des cadeaux », car Noël va au-delà d’un aspect mercantile. Aux lycées et collège Sainte-Marie aussi, la directrice Myriam Gravelle attache un sens fort à la Nativité : « Au-delà d’une dimension spirituelle évidente, il s’agit d’une période de paix où l’on revient à l’essentiel : attention portée à autrui, solidarité, générosité, respect de la différence… »

Tout est proposé, rien n’est imposé

Autant de valeurs et de sens qui apportent un supplément d’âme et d’humanité aux élèves petits et grands… mais qui questionnent aussi parfois certains parents : « En quoi êtes-vous des établissements catholiques ? La prière est-elle obligatoire ? » « On avait coutume de nous appeler enseignement libre, répond Myriam Gravelle, et cette philosophie éducative n’a pas changé. On l’ignore parfois, mais l’enseignement catholique lédonien cultive une laïcité ouverte à travers un pluralisme de choix. On y est libre de croire en Dieu, Jéhova, Allah… ou de ne pas croire. Tout est question de volontariat, que ce soit l’éveil à la foi (possible dès les petites sections), la catéchèse, ou les offices célébrés une ou deux fois par mois. » Cette ouverture et ce respect des différences de chacun permet aussi aux trois établissements lédoniens d’accueillir des enfants « dys » ou à haut potentiel, ou même phobiques scolaires : nous y reviendrons dans nos prochaines éditions. Au final, tout est proposé, rien n’est imposé : la tolérance dans un cadre sécurisant devient le maître mot d’un enseignement qui a su évoluer avec son temps.

Contact : www.enseignement-catholique-ledonien.fr/03 84 47 09 67

Des défis solidaires de qualité

Chaque année, les projets autour de la solidarité fleurissent dans des classes volontaires aux écoles de La Salle, Jeanne d’Arc ou aux collège et lycées Sainte-Marie, à travers le parrainage d’une association pour laquelle des actions concrètes sont organisées pendant l’année. Par exemple tombola, projection d’un film, concert de chorales au Boeuf sur le toit pour soutenir l’association « Sourire d’enfants » qui œuvre au Cambodge, soutien financier à une école africaine (Guinée), BTS fabriquant des prothèses pour des personnes amputées, etc. : la longue liste des « bonnes actions » réalisées par les élèves sera pour l’année 2019-2020 célébrée le 15 mai à Juraparc avec toutes les classes concernées. Certes le « monopole du cœur » n’existe pas, mais l’enseignement catholique lédonien marque ici aussi sa différence et sa singularité.