Jura. Bresse Haute Seille. « Un bon résultat » pour la sortie de l’office de tourisme

C’est le point de vue de Christian Bruchon qui a participé aux négociations. Désormais, c’est l’opération grand site qui inquiète…

86

Est revenu, une fois encore, au conseil communautaire le sujet de la sortie de la communauté de communes Bresse Haute Seille de l’association de gestion de l’office de tourisme avec l’Espace communautaire Lons agglomération. Il était question d’entériner la somme exacte revenant à la collectivité, ainsi que la répartition de matériel. Sur une trésorerie de 54 955 euros, 15 654 euros devraient être récupérés par la CCBHS. « Un bon résultat, selon Christian Bruchon. Ça s’est bien passé, mais ça a coûté des heures de négociation. »
Un lieu plus lisible, plus visible est en cours de préparation par Alain Quiclet. Un technicien dans le domaine du marketing et de la communication devait être recruté ces jours.
Une assemblée générale sera convoquée fin janvier après signature de la convention définitive de protocole de retrait. Les élus demandent à ce que le nom choisi pour le nouvel office de tourisme par Ecla soit revu à cette occasion.

Des élus inquiets

Christian Vuillaume en a profité pour faire un point sur l’opération grand site, qui « produit de la frustration ». Baume-les-Messieurs a été pointé du doigt, qui traine à se décider, alors que « le préfet avait trouvé les financements d’un poste pour structurer, organiser, le maillage entre les deux collectivités. » Pour que le travail soit engagé, il faut deux collectivités, aussi le vice-président a-t-il annoncé : « On va aller faire la manche au conseil départemental ». « On va pousser », a appuyé le conseiller départemental, Philippe Antoine. La députée, Danielle Brulebois, présente dans l’assistance, a précisé : « C’est à Paris qu’il faut pousser, c’est à la préfecture ! ».

Baume veut débattre

Pascal Cardinal, le maire de Baume-les-Messieurs, réagit : « Baume n’est plus tout seul, il est normal qu’un débat ait lieu à Ecla ». Pour lui, d’autres points touristiques pourraient être intégrés dans le périmètre.
« Des questions ont été posées chez monsieur le préfet et je n’ai pas de réponses. » Parmi celles-ci, pourquoi appeler le grand site « vignobles et reculées » et pas « reculées et vignobles » puisque le point fort du secteur est les reculées ? « Quel est le montage définitif du syndicat mixte, on l’ignore », donne encore Pascal Cardinal comme exemple.
« Il y a plusieurs questions dont il faut débattre avant un engagement définitif, répète le maire. Nous ne sommes pas contre une labellisation, nous avons besoin de réponses. » Et ces réponses, il refuse d’en discuter après s’être engagé.
Et ajoute-t-il, ce n’est pas la meilleure période pour prendre une décision pour la commune, à moins de deux mois des élections. « Occulter Baume me parait difficile. Nous serons prêts en mars si nous sommes réélus pour discuter autour d’une table et voir comment faire avancer les choses. »