Trois mois de travaux sur les réseaux de chaleur

En connectant deux réseaux municipaux, ils permettront de tirer pleinement parti de la vapeur d’eau « vertueuse » sortant du four d’incinération du Sydom. Des perturbations routières sont néanmoins à prévoir.

132
La chaufferie de la rue Anne Franck sera connectée avec celle de la Z.I.

Dès le 13 mars, d’importants travaux ont démarré près du parking Richebourg (qui reste accessible). But de ces grandes manœuvres, qui devraient se terminer fin juin 2019 : raccorder les deux réseaux municipaux de chaleur. Comme le rappelle Daniel Bourgeois, premier adjoint à la ville de Lons, celle-ci dispose en effet de deux chaufferies principales, l’une étant située rue Anne Franck (près de la nouvelle cité judiciaire) et l’autre dans la zone industrielle. Cette dernière est alimentée pour partie grâce à « une énergie particulièrement vertueuse », sortant du Sydom. Le four chauffé à 850°C incinère jour et nuit 40.000 t par an de déchets ménagers venus de tout le Jura, ce qui permet de produire de la vapeur d’eau mise à disposition de la chaufferie de la Marjorie… Et bientôt de la chaufferie de la cité judiciaire, puisque le but des ces travaux sera de connecter les deux réseaux de chaleur. La chaufferie bois de la Z.I. alimentait jusque là exclusivement les quartiers de la Marjorie et des Mouillères, mais aussi une partie est de la ville ; tandis que la chaufferie de la cité judiciaire alimentait de nombreux logements du centre-ville, en particulier publics. Sont ainsi raccordés aux réseaux de chaleur municipaux près de 3200 équivalents logements : des logements OPH, des copropriétés gérées par Nexity ou la Sogeprim, une partie de l’hôpital, la mairie et Ecla, l’ancien hôtel de ville, le centre nautique Aqua’Rel, le théâtre, la cité judiciaire, les thermes Valvital, l’ »IUFM », l’église des Cordeliers, le lycée Jean-Michel, le lycée professionnel Le Corbusier, le Carcom, la résidence étudiante, l’EHPAD Saint-François d’Assises, etc…

Des factures de chauffage moins élevées

L’autre problème à résoudre par la Soccram (délégataire de ce service public) était que la chaufferie de la cité judiciaire (rue Anne Franck) ne pouvait pas produire assez aux intersaisons ou en cas de températures très basses (inférieures à -10°C). L’interconnexion des deux réseaux résoudra tous ces problèmes en assurant un chauffage optimal toute l’année, ce qui permettra ainsi à certains immeubles d’abandonner la chaudière gaz d’appoint qui leur était nécessaire. D’autres économies sont possibles (voire déjà anticipées) selon Fabien Marlet, responsable de la Soccram : « La vapeur d’eau produite par le Sydom est très compétitive », ce qui permettra aux factures de chauffage de s’alléger (ce qui a déjà commencé). Le principal prix à payer sera une gêne sur les rues concernées entre le 13 mars et la fin juin : dans l’ordre rue Richebourg, puis rue Désiré Monnier, rue Pompidou (école Richebourg pendant les vacances d’avril), rue Georges-Trouillot, et enfin de la traversée de la route de Besançon pour rejoindre la chaufferie rue Anne Franck. Un dernier point particulièrement délicat en raison du trafic très dense et des réseaux souterrains non moins touffus, qui nécessiteront peut-être des déviations.