“Trait d’union” veut porter la voix des lédoniens

La nouvelle association, ferment de lien entre les quartiers et les institutions locales, espère de nouveaux équipements structurants sur Lons.

0
406
Jawaher Samsamani, Mathilde Serand et Hassan Lahbadii (de g. à d.), projettent d'installer des appareils de musculation à la Marjorie, en plein air.

Ils sont jeunes, lédoniens depuis toujours ou presque, et désireux d’améliorer le quotidien des habitants. « Ils », se sont Jawaher Samsamani, Hassan Lahbadi, et Mathilde Serand. Âgés de respectivement 34, 40 et 27 ans ils sont président, vice-président, et  secrétaire-trésorière de l’association ‘Trait d’union’ créée en août dernier.
Objectif ? “Mener une réflexion sur l’aménagement de la ville et ses équipements structurants” selon Jawaher Samsamani, réflexion qui conduira logiquement à de nouveaux projets. Comme par exemple ce ‘Street workout’, espace où des appareils de musculation urbaine pourraient pousser sur une aire de jeux désaffectée à la Marjorie. Un projet budgété à 20.000 € pour lequel l’association cherche des mécènes et des soutiens…
Selon Hassan Lahbadi, “beaucoup de choses manquent encore à la Marjorie”. Lui qui y réside depuis presque toujours pointe “une seule aire de loisirs au city stade “, ce qui engendre une affluence difficile à gérer.
Pour le président Samsamani, il faut “éclater les pôles de fréquentation” pour rendre celle-ci plus fluide.

Davantage d’arbres sur la “plaque à induction”

Autres projets d’intérêt public : la création d’un parcours de santé à Montciel (dans l’air du temps…surtout pour une ville thermale), ou le réaménagement de la caserne des pompiers  qui pourrait céder sa place à “une pépinière d’entreprises”.
L’association, qui se veut apolitique, souhaite également recréer du lien social et du dialogue…y compris entre les jeunes des quartiers et les forces de l’ordre.
Une réunion en préfecture a déjà permis de mettre cartes sur table fin août, au sujet de l’agression présumée d’un policier. Des stages ou des immersions au sein des pompiers ou des services techniques de la ville pourraient suivre, de quoi rapprocher les quartiers des institutions républicaines espère Jawaher Samsamani. Hassan Lahbadi verrait bien aussi des arbres et de la verdure agrémenter la “plaque à induction ultra-minérale” qu’est devenue la Marjorie.
Tous cherchent des patrons ou des maitres d’apprentissage pour prendre en formation ou en stage des jeunes. Une chose est sûre : “On est des acharnés” prévient Hassan Lahbadi, que ce soit pour “casser la frontière entre la place du marché et les Mouillères” ou pour faire bouger les lignes…

Contact : Facebook Association Trait d’Union/ 06 88 38 35 92