Tourisme : des améliorations au programme

La taxe de séjour rapporte davantage à la communauté de communes Champagnole Nozeroy Jura, une conséquence de l’embellie touristique qui trouvera une suite heureuse dans l’aménagement des sources de l’Ain.

0
123
La source de l'Ain (lorsqu'elle est en eau) subjugue ses visiteurs.

Selon Monique Villemagne, vice présidente chargée du tourisme à Champagnole Nozeroy Jura (CNJ), la taxe de séjour rentre de mieux en mieux dans les caisses de la communauté de communes. De 127.000 € en 2018, elle est passée à 205.000 € en 2020 : une belle progression liée à plusieurs facteurs.
Le bon maillage des hébergeurs sur le territoire tout d’abord : 316 qui ont  proposé 411 hébergements en 2020, avec Marigny, Le Frasnois et Saffloz qui ont –il faut le souligner- rejoint CNJ en 2019. Le nouveau système de télédéclaration de la taxe leur facilite aussi un peu le travail à l’issue d’un été 2020 exceptionnel de par l’affluence touristique franco-française.
Enfin Monique Villemagne met en avant un changement considérable : les plateformes de réservation nationale de type Abritel ou Airbnb  (qui ne jouaient pas forcément le jeu) ont vu leurs obligations légales renforcées : leurs déclarations de taxe pèsent à elles seules 53.000 € dans les recettes 2020.
« Le produit de la taxe sert à financer les actions dédiées au tourisme », précise-t-elle comme par exemple l’aménagement des sources de l’Ain.

Les sources de l’Ain encore en travaux cet été

Les élus ont également entériné une convention avec EDF permettant au vaste projet d’aménagement des sources de l’Ain d’avancer. Propriétaire d’une parcelle sur laquelle un sentier de randonnée doit être tracé, EDF consent gracieusement à la réalisation les travaux du côté de sa rive pour la mise en place d’une passerelle traversant la rivière Serpentine, pour rejoindre le sentier de randonnée côté commune de Doye.
Une signalisation directionnelle pour les randonneurs sera également mise en place, mais les travaux ne s’achèveront qu’à la fin de l’été, et la boucle de 5 km avec 2 passerelles n’est pas encore ouverte.
Au final, le tourisme se porte « très très bien » confie Monique Villemagne, surtout si l’été 2021 ressemble à l’été 2020 et que les français ne quittent pas l’Hexagone. Pour les recevoir, des parkings saturés seraient à entretenir (voire à agrandir ?), entre autres réflexions globales liées à l’aménagement du territoire.