Jura. Tir du lynx : un « fantasme » selon les chasseurs

Suite à notre dossier « Qui veut la peau du lynx boréal ? » paru dans notre précédente édition, Christian Lagalice, président de la fédération de chasse, a apporté par communiqué quelques précisions par rapport aux arguments avancés par le centre Athénas.

199
Christian Lagalice, président de la fédération de chasse du Jura depuis 23 ans.

« Le projet proie prédateurs lynx est un projet scientifique porté par les fédérations de chasseurs, l’ OFB (ex ONCFS), le CNRS… Il vise à mieux connaître le comportement de cet animal et les interactions auxquelles il est lié à travers 5 projets liés à sa perception par la population, ses aspects alimentaires, sa démographie, l’occupation du territoire pour lui et ses proies, son rôle dans l’évolution des populations d’ongulés. Dire qu’on va exploiter les données pour des aspects cynégétiques, mais c’est ce qui se fait depuis 45 ans pour l’établissement du plan de chasse chevreuil ! Ce dernier tient compte, heureusement, de données concrètes et non de croyances car son rôle est d’adapter les éléments  connus pour prélever en conservant un nécessaire équilibre. On avait déjà fait le même procès aux chasseurs en 2011, quand nous avons lancé une première campagne de pièges photographiques qui nous a permis de mieux connaître la densité et les déplacements de l’animal.
Il est simplement dommage que ceux qui sont opposés à ce projet aient refusé de venir en préfecture du Jura le 2 octobre dernier où une réunion avec les véritables spécialistes européens du lynx (Mr Marboutin, Zimmermann…) a montré tout l’intérêt scientifique de ce projet. Quant à la pseudo possibilité de tir de cet animal, c’est du domaine du fantasme : une telle décision ne peut pas être prise dans le Jura, mais seulement par le ministère, et elle ne semble pas être à l’ordre du jour… » estime le président des chasseurs du Jura.