Thermes de Lons : une seconde vie et de nouveaux projets

Après presque 2 ans de fermeture (18 mois d’importants travaux de rénovation, plus 4 mois de confinement), Valvital a enfin pris le nouveau départ tant espéré.

31
Les diverses activités aquatiques auront à nouveau droit de cité (sous réserve du contexte sanitaire).

“Sans Lons-le-Saunier, il n’y aurait pas Valvital” selon Bernard Riac, Président directeur général du groupe homonyme. C’est en effet à Lons le Saunier, que le groupe qui compte désormais 12 stations réparties dans toute la France, a fondé sa genèse suite au “coup de foudre” du PDG pour ce site à haut potentiel. Un potentiel mis en oeuvre par Laura Landry, la directrice “de confiance, loyale et compétente” qui n’a “pas ménagé ses efforts” selon lui pour passer de 1.100 curistes il y a quelques années, à près de 2.100 l’an dernier. Le tout en garantissant un côté ‘familial’, chaleureux et empathique aux cures lédoniennes, grâce à des équipes très investies. Près d’un client sur deux serait d’ailleurs local, mais Bernard Riac voit plus loin : “La rhumatologie représente en France 80 % des curistes, mais  la phlébologie constitue l’indication qui progresse le plus” explique-t-il. De plus, seulement 14 stations en France proposent des cures à cet effet,  d’où l’ambition d’obtenir pour les thermes Lédonia cette double indication dans les années à venir. « 30 à 40%  de nos curistes seraient intéressés  » estime Laura Landry avec non pas 4 mais 6 soins par jour, d’où la création d’un bassin de marche en eau tiède entre autres. En attendant les cures 2020, qui ont repris le 13 juillet, se sont déroulées dans un cadre sécurisé et rassurant, pour garantir à chacun une quiétude sanitaire maximale.

Ouverture des cures prolongée de trois semaines, jusqu’au 12 décembre 2020 (sauf impondérable).

Contact : 03 84 24 20 34/ www.valvital.fr

Les vastes couloirs lumineux accompagneront vos pas vers le bien-être.

Une tradition vieille comme le monde

Si l’établissement thermal date de 1892, l’histoire  des thermes se confond avec l’époque romaine, voire même avec le Trias puis l’âge du Bronze. Depuis l’arrivée du groupe Valvital à Lons en 1990, soit 30 ans, d’autres dates avaient marqué le développement des thermes Lédonia : l’abandon des troubles  du développement de l’enfant (rachitisme) pour l’indication  rhumatologie,  la création de vestiaires en 1993, la  création de la résidence des thermes en 2005 (55  logements),  la création du spa thermal en 2007, la création de la centrale de réservation en 2008. Centrale implantée juste à côté des thermes, et qui grâce à 6 salariés (12 en haute saison) gère l’ensemble des réservations Valvital pour toute la France.

Le cachet du vénérable établissement thermal a été rehaussé par 2,6 millions € de travaux.

Un spa plus grand et ouvert sur le parc

Le spa et ses espaces détente (piscine avec jacuzzi, sauna et hammam) sont ouverts (sauf aléa sanitaire) avec des horaires légèrement modifiés (2 jours de fermeture prévus par semaine). De quoi buller à nouveau en profitant de la magnifique vue sur le parc thermal. Une vue qui sera encore plus belle à l’horizon 2021, puisque Laura Landry a dans ses cartons un projet d’extension permettant d’ouvrir ce cocon sur une large terrasse-solarium disposant de transats. Quant aux activités aquatiques (aqua-biking, aqua-fitness, aqua-gym), elles devraient à nouveau combler leur lot ‘d’accrocs’ dès le mois d’octobre 2020.