Suzuki Swift, l’anguille décomplexée

58

La Swift est la Suzuki préféré des Européens. Il faut dire que, génération après génération, la petite citadine a su se renouveler jusqu’à offrir aujourd’hui une expérience unique riche d’une gamme complète, dont une version hybride, et, surtout, la virevoltante déclinaison Sport.

La Suzuki Swift est le grand succès historique de la firme japonaise qui a pu, grâce à elle, s’imposer sur tous les continents et devenir la marque nipponne préférée des Occidentaux. Avec 5,5 millions d’exemplaires vendus à travers le monde depuis son lancement, la citadine fait mouche génération après génération. La pression est donc grande chaque fois que vient le temps de renouveler ce modèle phare. Pourtant, les petites mains de Suzuki n’ont pas tremblé lors du dernier renouvellement et ont su donner un nouveau souffle à leur protégée. Alors que la Swift devrait être considérée comme une concurrente naturelle de la Ford Fiesta, de la Kia Rio ou de la Skoda Fabia, des modèles grand public qui n’hésitent pas à emprunter au code du low cost pour séduire les foules, la dernière génération a revu ses ambitions à la hausse et tient la Fiat 500 dans sa ligne de mire. Même en comparaison avec la Mini, la Swift n’a pas à rougir et parvient à faire beaucoup avec peu de moyens.

Ascension fulgurante

Le dépassement de soi est une véritable philosophie de vie pour cette Swift dernier cri. L’ensemble de la nouvelle présentation en témoigne. Le style a été nettement modernisé à l’image de cette calandre plus agressive et de ces petites touches de chrome réparties tout autour de la carrosserie. La Swift garde la bouille avenante qui a fait son succès tout en intégrant les codes de la modernité. Les puristes trouveront peut-être qu’elle y a perdu un peu de son originalité : la remontée de carrosserie au niveau de la porte arrière et les ouvertures de porte fondues dans celles-ci rappellent la dernière Clio tandis que l’arrière, avec un pavillon flottant, fait penser aux dernières productions de Volkswagen et d’Audi. Il y a pire comme comparaison.
À l’image de ses concurrentes, la Swift délaisse la carrosserie 3-portes pour se concentrer sur la 5-portes. La personnalisation est de rigueur avec l’option So’Color (850 €) qui permet de choisir une teinte différente pour le toit. La Swift ne cède pas aux sirènes de l’air du temps et ne prend pas d’embonpoint. La longueur ne gagne qu’1 cm à 3,84 cm, largement en dessous des 4 m. L’habitabilité demeure l’un des points forts de la citadine qui offre un volume de chargement de 265 l. De quoi être à l’aise pour découvrir la montée en gamme indéniable des finitions et des assemblages. Certes, c’est toujours un peu triste et sombre, mais la qualité perçue est bonne et les éléments sont parfaitement agencés, les éléments pratiques tombant facilement sous la main.
Le grand point fort de cette génération est l’imbattable rapport qualité/équipement/prix qu’elle offre. Dès le deuxième niveau de finition, la Swift propose un écran tactile couleur de 7 pouces avec Apple CarPlay, Android Auto et MirrorLink qui vient remplacer l’autoradio Bluetooth de base. Le régulateur adaptatif, la caméra de recul ou l’alerte de franchissement de ligne apparaissent également au catalogue des options. En haut de la gamme, on retrouve la navigation satellite… et ses graphismes datés.

Une offre complète et moderne

Les bonnes surprises continuent sous le capot avec un catalogue de moteurs tout à fait à la hauteur des enjeux actuels. On retrouve tout d’abord le 3-cylindres 1 l Boosterjet 110 ch et le 1,2 l de 90 ch qui fait office d’entrée de gamme. La grande nouveauté de cette génération est la possibilité d’associer ces deux blocs à un système de micro-hybridation SHVS. Ce dispositif est constitué d’un alterno-démarreur alimenté par une batterie 12 V autonome placée sous le siège du conducteur. Il vient en aide au moteur thermique lors des accélérations. Sa capacité et de 0,37 kWh, soit cinq fois moins que ce qu’on retrouve chez Toyota ou Hyundai, d’où l’appellation « micro-hybridation ». L’alterno-démarreur délivre 1,9 kW et 50 Nm de couple tout en faisant réduire les consommations qui ne dépassent que rarement 6 l/100 km. À noter qu’il est possible d’opter pour la transmission intégrale, fait plus que rare pour la catégorie. Autre star au catalogue, la célèbre version Sport enchante toujours autant avec son bloc 1,4 l 140 ch délivrant 230 Nm, disponibles à partir de 2 500 tr/min. De quoi mouvoir avec dynamisme les 970 kg d’une Swift au tempérament de feu. La petite bombe dévore le 0 à 100 km/h en 8,1 s et s’envole à plus de 210 km/h. Bien équipée, généreuse et complète sur le plan des motorisations, la Swift, dont les tarifs débutent à 11 240 €, s’impose ainsi comme l’une des meilleures petites citadines du moment.

Fiche technique Suzuki Swift Sport 1,4 l 140 ch

– Longueur x largeur x hauteur : 3,84 x 1,69 x 1,51 m
– Capacité du coffre : de 211 à 902 litres
– Moteur : essence 4-cylindres
– Cylindrée : 1 390 cm3
– Puissance : 140 ch
– Vitesse maxi : 210 km/h
– Accélération 0-100 km/h : 8,1 s
– Consommation moyenne : 5,6 l/100 km
– Émissions de CO2 : 125 g/km