Speed Booking à la Médiathèque d’Orgelet

L’art d’aimer...

43
Médiathèque d'Orgelet
Médiathèque d’Orgelet
Inciter à lire!
Le Speed-booking s’affiche!

 

L’ancienne Chapelle du Couvent des Bernardines, avec des salles ouvertes à tous et une salle de travail réservée aux collégiens, voilà le lieu d’exception qu’est la médiathèque communautaire d’Orgelet. C’est dans cet écrin que la lecture se pratique avec des acteurs divers et variés. Cependant la permanence de cette discipline aurait tendance à devenir de plus en plus anachronique, car elle nécessite du temps, dont nous ne sommes plus maîtres. Mais pour ne jamais être en panne d’idées de lecture, une nouvelle pratique redoutablement efficace s’est développée au cours de ces dernières années. Une dernière séance de cet exercice avait lieu vendredi dernier à la médiathèque.

Le SpeedBooking en deux mots…

Son principe en est très simple : à l’instar du speed-dating, il peut se résumer en une «rencontre minute», à la recherche d’un partenaire en vue de partager le plaisir de lire. Chaque participant doit présenter à d’autres personnes, dans un temps très limité (3 minutes.), un livre qu’il a lu, et les convaincre de le lire. Car il est possible de croiser lors d’une de ces rencontres le livre de sa vie… Et vous, quel est le livre de votre vie : bandes dessinées, romans, essais, mangas, traités de philosophie… On ne ressort jamais indemne d’une bonne lecture, comme d’une mauvaise… Le défi : choisir les bons arguments pour donner envie de lire…

Telle est la question…

Par exemple comment faire apprécier le livre «Intimité» de Hanif Kureishi, auteur britannique né à Londres en 1954. On peut résumer le livre ainsi «Ce soir, la cause est entendue : il ne veut plus de Susan, cette femme “dont il sait presque tout”, après six années de vie commune, quelques mensonges, par bonté, deux fils à élever (3 et 5 ans) qu’il adore…» Kureishi déroule le drame conjugal dans ce qu’il a de plus prosaïque.
Est-il possible de bien vivre ensemble ? Qu’est-ce le bonheur ? À ces questions, Kureishi renvoie sa propre expérience, pour finir sur un contentement désabusé : “L’amour est un sale boulot. Impossible de garder les mains propres…”
Amour, désespoir, « That Is the question? » Roman écrit à la première personne qui ne parle que d’amour, «Intimité» est une plongée sans masque et sans tuba dans le désespoir …  Convaincre le partenaire de lire le livre « Telle est la question ! »