Settimana Italiana du 4 au 10 décembre à Dole

Elle est organisée par le cinéma Les Tanneurs et la MJC de Dole, en partenariat avec l’association Dolce Vita Italia Bourgogne/Franche-Comté.

70

La Settimana Italiana prend des allures de livre ouvert sur l’Histoire en proposant cette année de grandes fresques parcourant l’ensemble du 20e siècle.

Le traître

La semaine commence par la fin de siècle avec « Le traître » (2019 – 2 h 35), le nouveau film de Marco Bellocchio, qui retrace un chapitre important de l’histoire récente sicilienne et de Cosa Nostra.

Au début des années 1980, la guerre entre les parrains de la mafia sicilienne est à son comble. Tommaso Buscetta, membre de Cosa Nostra, fuit son pays pour se cacher au Brésil. Pendant ce temps, en Italie, les règlements de compte s’enchaînent, et les proches de Buscetta sont assassinés les uns après les autres. Arrêté par la police brésilienne puis extradé, Buscetta prend une décision qui va changer l’histoire de la mafia : rencontrer le juge Falcone et trahir le serment fait à Cosa Nostra.

Pour accompagner le film, l’association Dolce Vita Italia Bourgogne/Franche-Comté reçoit, mercredi 4 décembre, après la projection de 20 h, un spécialiste des mafias, Thierry Cretin, consultant en délinquance financière internationale, ancien procureur de la République et conseiller à l’office de la lutte anti-fraude à Bruxelles. Il a notamment publié l’ouvrage « La Mafia, comme dans les films ? ».

Et aussi, vendredi 6 décembre à 15 h 45, samedi 7 à 18 h, lundi 9 à 20 h 15, mardi 10 à 18 h.

Novecento

Avec « Novecento (1900) » (1976 – 2 h 43 + 2 h 30) de Bernardo Bertolucci, grande saga sur la première moitié du XXe siècle, vous (re)découvrirez avec admiration l’ampleur de la mise en scène du cinéaste disparu l’an dernier, mais aussi la jeunesse impétueuse de formidables acteurs : Robert De Niro, Gérard Depardieu, Donald Sutherland.

Au cours de l’été 1901, deux enfants voient le jour dans un village d’Emilie : le premier, Olmo Dalco, appartient au monde des métayers, l’autre, Alfredo Berlinghieri, est le petit-fils d’un riche propriétaire. Les deux garçons grandissent ensemble et prennent peu à peu conscience de leur statut social opposé. Après la Première guerre mondiale, Olmo et Alfredo qui sont devenus des adultes, restent complices. Alors que la situation des paysans s’est dégradée, Olmo affirme ses convictions socialistes et incite les paysans à la révolte. Alfredo de son côté fuit dans une vie insouciante l’emprise d’un père autoritaire.

Partie 1 jeudi 5 décembre à 13 h 30, partie 1 dimanche 8 à 14 h et partie 2 à 17 h 30 (après-midi entrecoupée d’une pause-goûter), partie 2 mardi 10 à 13 h 30.

Martin Eden

Interprété superbement par le jeune acteur en vogue Luca Marinelli (Prix d’interprétation à Venise pour ce rôle), « Martin Eden » (2019 – 2 h 08) de Pietro Marcello est une adaptation libre du livre de Jack London, dans le sud de l’Italie, racontant sur trente ans l’histoire d’un écrivain autodidacte et les différences de classes sociales.

Naples, au cours du 20e siècle, le parcours initiatique de Martin Eden, un jeune marin prolétaire, individualiste dans une époque traversée par la montée des grands mouvements politiques. Alors qu’il conquiert l’amour et le monde d’une jeune et belle bourgeoise grâce à la philosophie, la littérature et la culture, il est rongé par le sentiment d’avoir trahi ses origines.

Mercredi 4 décembre à 15 h 45, jeudi 5 à 18 h, vendredi 6 à 13 h 30 et 20 h 15, lundi 9 à 18 h, mardi 10 à 20 h 15.

Divorce à l’italienne

Enfin, vous retournerez en Sicile sous un angle plus joyeux, en compagnie du grand Marcello Mastroianni qui vous délectera de sa prestation pour une comédie inventive et drôlatique : « Divorce à l’italienne » (1962 – 1 h 44) de Pietro Germi.

Ferdinando Cefalu, un noble Sicilien, est amoureux de sa jeune cousine, Angela. Mais il est marié à Rosalia, une femme insupportable, et le divorce est illégal en Italie. Plein de ressources, Ferdinando concocte donc un « divorce à l’italienne » : pousser sa femme dans les bras d’un amant, surprendre l’infidèle en pleine action et commettre un crime passionnel qui n’entraîne qu’un minimum de peine de prison.

Jeudi 5 décembre à 20 h 30, vendredi 6 à 18 h, samedi 7 à 16 h, lundi 9 à 16 h.

Au Cinéma Majestic de Dole. Tarifs de 5 à 7,50 euros.