Se construire une autre forme de vie

Stéphane Haslé publie un premier roman. Avec en toile de fond un amour impossible, cet ouvrage est aussi une critique sociale et politique. Découverte…

0
138
Le professeur de philosophie sort son premier roman. Photo : Cyril Kempfer.

Dans « Terminal de départ », Pierre, un professeur de philosophie, s’envole vers Rome avec une ancienne élève. Il l’a rencontrée par hasard à Lyon. Cette femme, de trente ans de moins que lui, est une étudiante devenue prostituée. Pierrre et Anna vont vivre en Italie quelques jours d’intensité exceptionnelle, dans leur micromonde.
« Ce matin, j’étais chez moi, dans un univers rassurant et monotone, ce soir je me retrouvais dans un appartement inconnu, entouré de sons et de couleurs inédits, avec une femme désirée dans la chambré à côté », raconte le narrateur, au début de ce premier roman de Stéphane Haslé.

Un lieu de lutte

Les deux amants vont rencontrer des personnages dans un bar communautaire, entre visites et agapes charnelles : « Un lieu de lutte où se retrouvent les anars, alters, vieux gauchos comme moi, toute une troupe de rêveurs et révoltés, artistes, squatteurs, des gens en marge du système qui construisent d’autres formes de vie ».
Au retour en France, comment vivront-ils leur vie ?, après, « tous les deux », s’être « isolés de la société ; elle, par nécessité, en raison du caractère anormal de son gagne-pain, moi, par désenchantement, devant la liquéfaction lente des idéaux de ma jeunesse » ? Vous le saurez en lisant cet ouvrage, qui est aussi une critique sociale et politique.
Stéphane Haslé est professeur agrégé. Il a enseigné la philosophie au lycée Nodier de Dole jusqu’en 2017 et est retraité depuis. Il habite à Châtenois. L’auteur anime depuis vingt ans les cafés-philo de La Vieille Loye, au cœur de la forêt de Chaux.
Il a publié deux volumes de conférences faites à La Vieille Loye : « La clairières, Volumes 1 et 2 », aux éditions DMO DMO, en 2008 et 2010. Il a écrit un ouvrage sur la question de la fin de vie en 2015 : « La non-vie », aux éditions Ex-aequo. Enfin, il a collaboré avec Yves Regaldi, peintre et photographe dolois, à « Visions », paru en 2015, aux éditions Ex-aequo.

Stéphane Haslé, « Terminal de départ », Gunten, 2020, 19,50 euros.