Salins. Il y a 130 ans dans le Jura… une tête jurassienne à Paris

297

Semaine du 13 au 19 avril

Le 17 avril 1890, une terrible affaire revit le jour dans Le Petit Comtois. Et pour cause, quelque temps auparavant, une tête fut découverte dans un colis à Paris, « à la gare des marchandises de Bercy ». Le mystère planait alors sur la provenance de celle-ci – même si les autorités estimaient qu’elle pouvait venir de Nîmes.

Or, rebondissement inattendu, la tête aurait été envoyée depuis la gare de Salins, via Pontarlier. Le destinataire du sac d’environ un mètre de hauteur ne l’ayant pas réceptionné, le colis abritant la tête fut retourné à l’administration centrale. Celui-ci arborait une marque étrange indiquant « G. T. ».

S’il s’agissait d’initiales, ces lettres pouvaient-elles renvoyer au nouveau député du Jura, Georges Trouillot (1851-1916), élu en 1889 ? Dans une société rongée par les divisions politiques, des individus avaient-ils souhaité faire de l’ombre à celui-ci ? Était-ce un avertissement ? Quelle était la véritable signification de ces lettres ?

Une enquête fut ouverte à Salins « afin de rechercher auprès des dames salinoise[s] quelles sont celles qui auraient perdu la tête ». Comme quoi, la criminalité n’est pas un problème récent… Alors, en ces temps de confinement, si l’ennui vous vient, vous pouvez toujours chercher des réponses à cette histoire macabre avec des documents numérisés.

Le Petit Comtois, n°2443, 17 avril 1890, p. 2. & Le Petit Comtois, n°2445, 19 avril 1890, p. 3.